Et si cette histoire, c’était la vôtre ?

Bastien a 24 ans
Il vient de terminer ses études de commerce. Il souhaite se lancer dans le dropshipping parce que tout le monde parle de dropshipping autour de lui. Quand il consulte son Facebook, on lui suggère des articles, des vidéos et même des formations pour devenir rentier. Mais Bastien voudrait en savoir plus avant de se lancer. Alors il s’inscrit dans plusieurs groupes pour poser la première question que tout bon débutant se pose…

Par où je commence ?
Bastien est un gars sérieux. Il pose tout plein de questions. Il regarde beaucoup de vidéos sur Youtube aussi. Et très vite il comprend plusieurs choses. (1) Quand on lui explique le dropshipping, ça a plutôt l’air facile. (2) Le jeu consiste à trouver les bons produits pour pouvoir les vendre, les fameux « winners ». (3) Pour les vendre, il aura besoin de Shopify. (4) Pour trouver ses futurs clients, ça se passera sur Facebook.

Tous les éléments sont en place. Et pourtant…
Bastien est dans le business depuis maintenant 9 semaines. Son activité a démarré doucement. Puis, après 3 semaines, il a enfin trouvé son premier « winner ». Il avait donc confirmé que lui aussi pouvait le faire. 2 semaines non-stop de ventes, un chiffre d’affaire qui décolle et son compte Paypal laisse apparaitre un nombre à 5 chiffres. Enfin le succès se dit-il.

Mais après 2 semaines, plus rien. Les ventes cessent brutalement. La tendance est passée. Son produit « winner » n’est maintenant plus du tout un « winner ». Bastien se dit que c’est le jeu. Et qu’il trouvera bien d’autres « winners ». S’il a réussi une fois, il peut le refaire encore, et encore… Mais les semaines passent, et aucun « winner » ne fonctionne.

Complètement perdu
Bastien décide alors de demander de l’aide sur les différents groupes Facebook. Il dit qu’il ne comprend pas pourquoi il ne vend plus, alors qu’il a fait tout comme on lui a dit : il cherche en priorité des « winners » (il utilise même 2 outils payants pour la recherche désormais), il cible des audiences en rapport avec son marché et il fait de la pub en suivant une séquence mathématique précise. Mais rien ne se passe comme prévu…

Et un jour, quelqu’un d’un peu bizarre lui dit que le ecommerce, c’est pas simplement être un « marchand d’objets ». C’est avant tout identifier un profil, et répondre à ses problèmes avec une offre unique. Mais Bastien ne tient pas vraiment compte de cette remarque, c’est trop vague. Et puis comment une activité de vente en ligne pourrait être autre chose que chercher des produits à vendre ?

Pourtant, si Bastien avait creusé un peu plus cette idée, son business serait complètement différent aujourd’hui :

www.methodequickstart.com

À votre succès !

Hop, je lance un tout nouveau projet

Ça faisait un bail que je m’étais pas lancé dans un gros truc. Et là je m’attaque à un énorme marché. (dans un sens, c’est aussi une forme de ecommerce). Le genre de projet qui impressionnerait facilement. Mais c’est aussi tellement stimulant de pouvoir tester ce genre de chose…

Comme vous l’imaginez je vais pas vous donner les détails de cette nouvelle aventure (je sais c’est frustrant, mais j’ai prévu de vous révéler tout ça un jour… cette année… ou pas… ou si peut-être… on verra…). MAIS je vais quand même vous dire quelque chose qui devrait vous être utile.

Par où je vais bien pouvoir commencer…
Notez d’abord que je suis novice dans ce business. Je peux imaginer le fonctionnement global de l’activité, mais je reste malgré tout débutant. Donc à votre avis, pour se lancer dans un projet dans lequel je n’ai pas vraiment d’expérience, par quoi je vais commencer ?

Me concentrer sur le produit (les soi-disant « winners ») ? Sur comment je vais être visible et toucher un max de clients ? Sur la configuration de ma plateforme de vente ? Non, non et non, rien de tout ça…

La première chose que je suis en train de faire
C’est tout simplement de me former auprès d’un entrepreneur de confiance, qui connait le métier et qui a créé un système efficace pour réussir. Et là, vous vous dites « Intéressant. Mais l’Cédric je l’connais, il va se servir de cet argument pour nous remettre sous les yeux la Méthode QUICKSTART ! »

Et là je répondrais « Oui, c’est exactement ça !! »

SAUF QUE, j’attire votre attention sur le fait que je cherche AVANT TOUT à suivre un mentor, c’est-à-dire quelqu’un de confiance, qui a fait ses preuves et dont je partage les valeurs d’entrepreneurs. En aucun cas je mise sur une « formation magique ».

Il y a une grosse différence entre les deux. Je ne veux pas d’un système qui me promet d’être riche, je veux plutôt m’entourer d’un expert qui saura me guider et me protéger dans le développement de mon business.

Le mentor est TOUJOURS plus important que la formation
Et c’est exactement pour ça que dans QUICKSTART, ma priorité est de vous protéger et de vous guider. Tout est là :

www.methodequickstart.com

À votre succès !

Vous voulez plus de ventes ? Alors envoyez un email tous les jours !

Allons droit au but aujourd’hui…
Tous vos emails doivent générer au moins une vente. Vous voulez un exemple ? Ok, récemment j’ai travaillé avec un client qui possède un atelier/magasin de confection de chemises. Avec le temps, il avait accumulé une bonne quantité d’emails clients. Le souci : il envoyait à peine 1 email tous les 3 mois pour souhaiter Noël, la bonne année, Pâques et la Saint-Glinglin… Autant vous dire, pas de ventes du tout sur ces genres d’emails.

1 email par jour… MINIMUM !
C’est ce que je lui ai conseillé. Bien sûr j’ai eu le droit au « Mais ça va faire c@#$% les clients » et au classique « Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir leur raconter ? ». Bon, dans l’ordre… Non ça va pas faire c@#$% les clients. Certains vont pas supporter oui… Et ils partiront, et c’est tant mieux ! Ceux qui vont rester, c’est ceux qui apprécieront vos messages, et qui les attenderont chaque jour.

Deuxièmo (si ça existe), vous ne savez vraiment pas quoi raconter à vos prospects/clients sur votre business ? C’est très grave alors. Moi je parle tous les jours ecommerce et langue chinoise à mes communautés. Oui, 2 emails par jour, et tous les jours. Et ils en redemandent !! Et ça fait des ventes. Si vraiment vous êtes pas inspirés pour démarrer, relisez tous les emails que je vous envoie quotidiennement. Je vous parle ecommerce, motivation, bonnes pratiques, ce qu’il ne fait pas faire, questions/réponses… Vous voyez l’idée. Allez hop, au boulot ! 1 email = 1 vente, c’est parti !!

Vous n’avez pas encore de listes emails (ou trop petites) ?
Alors ne perdez pas de temps, commencez par le scraping. Et en parallèle, mettez en place des stratégies de captures d’emails sur votre boutique et tous vos réseaux de diffusion. C’est vital pour votre business. Et rien ne vend mieux que l’email, alors profitez-en maintenant !

Et si vous avez besoin de plus de stratégies pour capturer les emails de vos visiteurs, on a maintenant un module ENTIER sur le sujet. Tout est là :

www.methodequickstart.com

À votre succès !

Vendre sur Facebook SANS pub (offre limitée dans le temps)

« Vendre sur Facebook SANS pub (mise à jour 2018) »

Ce nouveau rapport sera envoyé par email (une seule fois) le lundi 12 février prochain à tous les membres QUICKSTART. Un aperçu des contenus de ce rapport ? Le voici : 

– Ma méthode personnelle pour démarrer un business en ligne (indice : je ne pars jamais d’un produit, JAMAIS). Online ou offline, c’est vraiment la méthode que j’utilise, et je la partage pour la première fois en public…

– L’exemple de cet entrepreneur qui fait des millions de chiffre d’affaire – c’est pas une expression, il fait des VRAIS millions – chaque année en utilisant seulement 3 critères sur Facebook (vous avez bien lu : 3 CRITÈRES SEULEMENT !…)

– Comment ne plus miser tout votre budget sur des tendances qui durent pas longtemps. Mais au contraire créer une source presqu’infinie de revenus (indice : plus vraiment besoin d’outils de repérage de « produits winners », y’a BEAUCOUP mieux…)

– Comment sortir du lot et vous placer au-dessus de toute la concurrence, tout en facturant vos produits PLUS CHERS. (du coup plus besoin de se battre sur des tarifs toujours plus bas…)

– La seule technique pour éviter de vous faire bloquer votre compte par Facebook. Ne cherchez pas plus loin, il n’y a vraiment QU’UN SEUL moyen de le faire, et c’est parfaitement légal (perso, je n’ai jamais été bloqué en presque 10 ans)

– Attirer une audience de clients affamés. Dit autrement : virer tous les visiteurs qui sont en mode « lèche-vitrine », et ne garder que ceux qui vont sortir leur carte pour payer (j’utilise la même méthode dans mes business en marketing directs)

– Vendre sur Facebook SANS AUCUNE publicité. Si ça vous parait impossible, c’est parce qu’il vous manque LE détail qui change tout. Et le double effet Kiss-Cool : votre budget pub va baisser par la même occasion…

– Comment rendre vos visiteurs accrocs à votre boutique dès le premier contact. Encore une fois, laissez les lèches-vitrines à la porte, et faites entrer uniquement les VRAIS acheteurs… 

– Imaginez-vous être capable de fixer les règles d’achat dans votre marché. Je vous montrerai l’exemple enfantin d’un entrepreneur pour fixer vos propres règles d’achat (et ainsi, mettre sur la touche toute votre concurrence…)

– Et les 5 autres points, je les réserve aux membres QUICKSTART (du super lourd…)

Vous l’avez compris, ce rapport, c’est un énorme « game changer » (votre business sera plus le même après ça). C’est pour ça que je tiens à le partager qu’avec mes membres les plus motivés. 

J’enverrai tout ça par email QU’UNE SEULE FOIS le lundi 12 février prochain. Aucun moyen de le récupérer passé cette date, vous êtes prévenu !

Vous devez donc absolument demander votre accès QUICKSTART avant ce soir (dimanche 11 février 2018) en cliquant ici :

http://bit.ly/2zWefgm

À tout de suite de l’autre côté ! (et avant ce soir minuit)

Cédric BEAU

Le mystère du lit-cabane élucidé ?

Ce message n’était pas du tout prévu
Mais vous allez beaucoup apprendre de ce cas d’étude. C’est pourquoi je vous demande de bien suivre la logique de cette petite enquête parce que votre façon de voir le business risque de changer.

Le lit-cabane à 29.90€
Tout part d’un post sur le groupe Shopify Français. On y parle d’un site de drop avec des prix étrangement pas chers, et un produit en particulier : le lit-cabane. Pourquoi ce produit (que je ne connaissais pas au passage) ? Certains membres affirmaient que le prix était étonnant. Ils affirmaient aussi que même construit tout seul, le coût de revient est au moins équivalent au prix de vente affiché sur ce site… Vraiment étonnant donc !

Introuvable sur Aliexpress… 
Le réflexe de tout bon dropshipper est donc de se rendre sur LA plateforme de vente de référence, Aliexpress. Et là surprise : pas de lit-cabane ! À ce stade, les gens commencent vraiment à devenir nerveux. On leur avait pourtant dit que tout était trouvable sur Aliexpress. Mais dans ce cas, personne ne trouve la solution…

 

[La suite de cet article n’est disponible qu’aux abonnés de la Newsletter]

Pour vous inscrire à la newsletter et recevoir d’autres études de cas exclusives, c’est ici :

http://bit.ly/2zWefgm

À votre succès !

Cédric BEAU

Pourquoi je ne vends rien ? (Ce qu’est VRAIMENT le ecommerce)

S.O.S. garage ???

Ce type de post, vous le voyez presque tous les jours. Et au moins une fois par semaine. Si, si, vous savez celui qui dit « Voici mes 17 stats Facebook mais je vends rien. Pouvez-vous me dire où est le problème ? ».

C’est drôle parce que quand je lis ce genre de question, ça me parait aussi utile que d’appeler un garage au téléphone et de leur dire : « ma voiture passe de 0 à 100 en 7.8 secondes, elle consomme 4.9 litres pour 100 km, le moteur fait 1339 cm3 (4 cylindres), elle émet 139g de CO2 au km mais là, bah elle avance plus… Vous pouvez m’aider ? »

Sans contexte et sans les informations principales, difficile d’apporter une aide 

Mais ça montre surtout que la grande majorité des gens se focalisent sur les aspects secondaires de ce business. Oui vous avez bien lu, Facebook N’EST PAS un levier prioritaire pour moi. Il peut le devenir sous certaines conditions, mais la tendance récente est plutôt de TOUT miser sur Facebook pour combler les (grosses) lacunes d’une boutique.

Ce que le ecommerce n’est pas

Le ecommerce, c’est pas être « marchand d’objets » contrairement à ce que beaucoup pensent,

c’est pas de sauter de produits en produits non plus,

c’est pas tester un truc avec un semblant de logique et de traire la vache aussi longtemps que possible

c’est pas juste un jeu de statistiques où on parie sur des produits avec un budget pub,

c’est pas juste un jeu de volumes où sur 50 produits testés, y’en a bien un qui sera winner,

c’est pas faire des coups qui dureront un mois ou deux, puis de plus trop savoir quoi faire,

c’est pas une simple équation du type produits + facebook (puis y’a plus qu’à prier)…

Parce que toutes ces tactiques sont vouées au court-terme, un mot poli pour dire VOUÉES À L’ÉCHEC ! Et puis aussi parce ces façons de faire sont avant tout contraires à mes valeurs.

Les valeurs de Cédric

J’ai foiré des business, et je vais sûrement en foirer d’autres. Je connais la voie de l’entrepreneur. Mais même si aujourd’hui je peux analyser mes erreurs passées, la seule chose qu’on ne pourra pas me reprocher est de toujours partir du client pour construire une offre. Je ne pars JAMAIS d’un produit, ou des mes capacités à promouvoir un truc que je dois vendre coûte que coûte, peu importe l’impact qu’il aura sur mes clients.

Customer centric

Pour moi, tout tourne autour du client (pas opposition à faire tourner un business autour d’un produit). Comprendre de vrais besoins ou problèmes, mettre en place une offre qui répond à ces besoins/problèmes, et servir le client au-delà de ses attentes, ce sont là mes valeurs.

Je sais que c’est moins sexy que de vous promettre 10k/mois sans rien faire, ou d’être rentier, ou des outils pour repérer des winners en 3 clics… (d’ailleurs n’est-ce pas trop tard quand tout le monde connait ces produits ?!) Je n’utilise pas ces leviers parce que je cherche pas à vendre du rêve pour faire du chiffre à tout prix.

Mais je cherche plutôt à partager mon expérience d’entrepreneur à travers des valeurs qui me sont chères. Et c’est exactement cette volonté qui m’a poussé à créer la Méthode QUICKSTART. Et aujourd’hui, je suis plus qu’heureux de pouvoir rassembler des entrepreneurs qui partagent aussi ces valeurs. Et vous ? Quelles valeurs sont chères à vos yeux en tant qu’entrepreneur ?

J’aimerais vraiment lire vos réponses…

À votre succès !

Cédric BEAU

Comment ces cookies vont vous aider à faire plus de ventes

« Quand il a compris qu’il ne vendait pas des cookies, alors il s’est mis à vendre BEAUCOUP plus de cookies ». Non ce n’est pas un proverbe chinois (quoiqu’en cherchant bien, on pourrait peut-être trouver une expression qui ressemble à ça…)

Vous n’êtes pas des marchands d’objets

Je le répète souvent, et je continuerai à le faire : « tomber amoureux » de votre produit, tout focaliser sur quelques objets n’est PAS une bonne approche pour votre projet ecommerce. Camille l’a très vite compris avec sa boutique de cookies.

Ils ont répéte la même erreur que tout le monde fait au moment de lancer leur boutique

Avant de cartonner, leurs clients avaient cette lourde objection “Ça fait 3€ par cookie, c’est cher !”.

Le problème ici n’est pas tant le prix par cookie, mais c’est plutôt la perception des clients : ils jugeaient la valeur de ce produit sur les mêmes critères que n’importe quel vendeur de cookies. Et c’est là que Camille et son équipe ont eu la meilleure idée possible : changer leur positionnement.

Leur business a commencé à décoller en changeant une seule phrase

« Au départ nous avions axé notre communication principalement sur le cookie 🍪 (dans notre nom, notre design…). C’était une erreur. […] MerciCookie est un service avant tout. Notre métier est de vous permettre de facilement faire plaisir à vos client·e·s à leur offrant un beau cadeau. C’est là notre valeur ajoutée. Nous vendons bien plus que des cookies. »

Passer de la vente d’un objet (ce que tout le monde fait en général) à créer une offre qui répond à un besoin utile, voilà exactement ce que vous devez viser avec votre propre projet ecommerce.

Pour aller plus loin

Une fois que vous avez mis en place votre offre et optimisé votre positionnement pour être unique aux yeux de vos clients, vous devez diffuser votre message. J’ai mis en place une nouvelle méthode pour vendre vos produits avec Facebook SANS faire de publicité.

Ça parait bizarre mais avec les changements récents de la bête, et le ras-le-bol des utilisateurs contre la saturation des publicités sauvages sur leurs murs, cette méthode permet de continuer à vendre tout en gonflant votre mailing list.

Voici le deal

J’envoie les détails de cette nouvelle méthode par email uniquement aux membres QUICKSTART lundi 12 février prochain. Cet email sera unique, et envoyé qu’une seule fois. Pour vous aussi avoir entre les mains cette méthode, rendez-vous sur cette page (passé dimanche 11 février au soir, il sera trop tard) :

bit.ly/2zWefgm

À votre succès ! (et à tout de suite de l’autre côté)

Cédric BEAU

La vente sur Facebook, c’est fini pour moi !

Je dois vous faire un aveu : je ne vends plus aucun produit sur Facebook !

Et depuis, je n’ai jamais fait autant de ventes de toute ma vie.

Vous voulez savoir où est la nouveauté ? S’il y a une nouvelle plateforme encore plus efficace que Facebook ? 

Ok, je vous dis tout !

La nouveauté, ce n’est pas du tout la plateforme. 

Quand je dis que je ne vends plus rien sur Facebook, ça veut pas dire que j’utilise plus Facebook…

Mais ça veut dire que je n’essaie plus de vendre directement sur Facebook.

Depuis quelques semaines, j’ai testé une toute nouvelle façon de faire.

Fqcebook est déjà bien saturée de pubs (souvent très mauvaises d’ailleurs), et les récents changements de règles ne sont pas en faveur des dropshippers…

Je me suis donc demandé coment faire pour continuer à attirer des gens de Facebook vers mes offres sans être en mode « coupure pub intrusive pendant le film du dimanche soir sur TF1 »

Il y a 1 méthode qui sort clairement du lot, que les clients adorent et qui ne ressemblent plus du tout à une pub.

Cette méthode (+ 1 variation) vend 2 fois plus qu’une pub habituelle (celle qui renvoie les visiteurs directement sur vos fiches produits et que vous devriez vite arrêter si vous ne dépendez que de ça…)

Cette méthode, je l’utilisais déjà en marketing direct, et sur ce coup, je m’en veux un peu de ne pas l’avoir testé plus tôt en ecommerce…

Bref, cette méthode détaillée seront envoyée lundi aux membres de la Méthode QUICKSTART dans un email unique.

Je ne la partagerai QU’AVEC les membres QS. Autrement dit, le seul moyen pour vous d’avoir accès à cette nouvelle façon de « vendre avec Facebook », c’est de vite demander l’accès intégral à cette Méthode AU PLUS TARD dimanche 11 février prochain.

Je n’enverrai cet email qu’une seule fois, donc si vous n’êtes pas avec nous avant cette date, il n’y aura pas de seconde chance !

À tout de suite de l’autre côté.

Cédric BEAU

L’avis de Cédric Beau sur le dropshipping (non censuré), par Sébastien Tissier

On m’a posé des questions qui fâchent… pour en faire une vidéo sur Youtube.

Des questions que pas mal de formateurs préfèrent éviter parce que ça remettrait en cause leur crédibilité… Et même carrément leur business !

Il se peut d’ailleurs que vous n’aimiez pas du tout cette vidéo, parce qu’elle est clairement anti « vendeur de rêve » (désolé, vous n’entendrez pas de petits mots doux comme « magique », « devenir rentier », « facile »…). 

Pour écouter mon avis sans aucun filtre sur le drop, c’est par ici (encore une fois, ce n’est pas du rêve, je vous ai prévenu) : 

http://bit.ly/2E5xPso

Et si malgré tout vous voulez plus de vidéos du genre, mettez un pouce bleu (faites-le vraiment !)

À votre succès !

Cédric BEAU

P.S. Ne regardez pas le type en maillot de bain dans le fond. Oups trop tard, maintenant que je vous l’ai dit, vous n’allez voir que lui ^^

Mon plan B en 4 étapes si je devais repartir de zéro

C’est une drôle d’idée, je sais…

Surtout quand on travaille en ligne depuis tant d’années, « subitement tout perdre » est extrêmement compliqué.

Pour ça, il faudrait que, du jour au lendemain, plus aucune personne ne souhaite acheter mes produits ou services. Mais pas que…

Il faudrait également que, pour une raison obscure, je perde aussi tous mes réseaux, toutes mes mailing listes et que tous ceux qui me connaissent m’oublient complètement…

Ça parait plutôt improbable, mais jouons le jeu : qu’est-ce que je ferais si je perdais absolument tout en un instant ?

1. Je me tournerais vers un mass market remplis d’acheteurs affamés (comprendre : des gens qui achètent déjà, et qui en demandent toujours plus)

2. Je mettrais en place une offre unique et qui réponde à un VRAI problème le plus pénible possible, et si possible urgent (j’ai dit une OFFRE, pas un produit)

3. Page de capture (pour construire une mailing liste) et page de vente (pour commencer à vendre). Cette page de vente peut être une plateforme comme Shopify, mais ça peut être aussi une SIMPLE page de vente avec un bouton d’achat

4. je passerais l’essentiel de mes journées à essayer de me faire connaitre et à faire publier mes contenus (pré-vente, pré-vente…) 

C’est aussi simple ! 

Maintenant comme vous êtes du genre malin, vous comprendrez que ce « plan de secours » est en réalité…

un VRAI PLAN PRINCIPAL !

À peu de choses près, mes systèmes actuels suivent la même logique, et ça marche merveilleusement bien !!

Et le top avec les systèmes, c’est qu’ils sont faciles à reproduire quand vous les avez compris.

Et nous justement, on adore parler systèmes sur QUICKSTART :

http://bit.ly/2zWefgm

À votre succès !

Cédric BEAU