Vous êtes qui au juste ?

Vous êtes qui au juste ?

Je veux dire, vous êtes qui aux yeux de vos visiteurs ? Et surtout, vous êtes qui aux yeux de vos clients ?

Le mois dernier, je cherchais une montre connectée.

Mes critères étaient très précis : je voulais une montre avec le meilleur GPS possible, une mesure de la fréquence cardiaque précise et la possibilité de programmer mes entrainements.

Voici les résultats de mes recherches : les gros du numérique, les sites d’affiliation, les boutiques indépendantes, et 1 seul blog de vrai passionné.

Reprenons un par un.

Sur les gros sites du numérique, vous trouvez pléthores de tests de montres… mais qui ne mettent personne d’accord ! Le test est souvent sommaire et les notes données d’une montre à l’autre ne sont pas toujours logiques.

Je passe…

Sur les sites d’affiliation, ça pue clairement le copywriting repackagé pour vendre du lien et toucher sa petite commission.

Les infos ont été bêtement recopiées à droite et à gauche. Aucune authenticité, aucune originalité, aucune crédibilité !

Je passe…

Les boutiques indépendantes, c’est à dire VOS boutiques les amis !

Dans 95% des cas, à peine arrivé, et déjà plein de trucs qui nous sautent à la gueule pour nous demander (supplier ?) d’acheter.

Dans 95% des cas, des descriptions produits bâclées qui énumèrent bêtement aussi les caractéristiques du fournisseur.

Valider mes 3 critères d’achat sur ce genre de site est quasiment impossible.

Je suis donc obligé de passer là-aussi…

Et puis vient une perle. Une inattendue mais jolie perle.

Un site tout moche visuellement, mais qui déborde de passion.

Des tests de montres de plus de 30 écrans quand vous scrollez.

Des détails de connaisseurs qui aident vraiment à faire un choix.

Je répète cette phrase parce que c’est la plus importante : des connaisseurs pour VRAIMENT vous aider à faire un choix !!!

Non, le ecommerce n’est pas un business qui tourne autour de produits winner et de super techniques avancées de pubs payantes !

Le but pour moi n’a jamais été de « vendre peu importe comment »…

OUI, le ecommerce est un business qui tourne autour de votre capacité à proposer des super solutions à de vrais problèmes !!

Vous avez une responsabilité auprès des gens qui achètent chez vous, vous devez les guider, les protéger et les inspirer !!!

Je repose donc la question : vous êtes qui au juste ?…

Se positionner comme un leader de votre marché, on en parle ici

http://bit.ly/2zWefgm

À votre succès !

Exemple d’une boutique qui sort du lot : PARLAPAPI

Je suis nul en surf !

Surfer sur une tendance, essayer d’y tenir le plus longtemps possible, puis repérer une autre vague, et répéter la manoeuvre…

Je dois pas avoir les cheveux assez longs, ni assez blonds je suppose…

Ou alors, ce modèle n’est tout simplement pas fait pour moi.

(je préfère les choses que je m’imagine encore faire dans les 10 ou 20 prochaines années)

Je n’ai jamais été fan non plus de ce genre d’outil qui te permet de repérer les « tendances hot « du moment.

Parce qu’on se retrouve à vendre tous les mêmes choses, parce que quand la tendance est confirmée, c’est déjà trop tard, parce que ça laisse peu de place à la démarcation…

Parce qu’aussi c’est épuisant d’essayer d’intercepter des tendances les unes après les autres.

Je me suis toujours dit que mon boulot de marketeur, c’était d’imaginer les meilleures solutions à des problèmes réels, pas de sauter bêtement sur tout ce qui brille.

Je pourrais vous donner plein d’exemples personnels. Mais aujourd’hui, je laisse la parole : Voici Parlapapi !

Un problème flagrant identifié, qui entraine une solution utile, touchante et efficace.

Perso j’adore ! Voici d’ailleurs leur histoire :

Quel est votre background à tous les 2 ? (Étiez-vous destiné à faire du marketing/e-commerce ?)

« On est deux bons copains à bosser sur Parlapapi : Antoine, et moi.

On s’est rencontrés dans le tumulte de notre école de commerce à Paris.

Très vite, notre passion pour l’aventure et la rigolade nous a uni.

On est devenus inséparables et on a couru ensemble d’aventure en aventure, allant jusqu’à traverser l’Europe en stop, sans argent ni moyen de communication. »

 

Dans ce type de business, je répète sans cesse l’importance des recherches préalables avant de lancer une activité. Justement, quel a été votre process pour développer un projet comme Parlapapi ? Comment en êtes-vous venu à cette (excellente) idée ?

« C’est au début de l’année 2017 qu’est née l’idée de Parlapapi.

Tous les deux en stage à l’autre bout du monde, Antoine au Mexique, et moi en Côte d’Ivoire, on a fait face au même problème.

On a vraiment eu du mal à rester en contact avec nos grands-mères.

En même temps, il fallait bien avouer qu’elles n’étaient pas très branchées numérique.

Et voilà, notre prochaine aventure venait de naître : on allait trouver un moyen simple pour les familles de rester en contact avec leurs aînés.

Parce qu’envoyer des nouvelles à nos grands-mères, ça ne devrait pas être une galère ! »

parlapapi-interview

 

Quelle est la plus grosse erreur que vous ayez faite avec le recul ?

« Nous avons lancé le site début décembre, pour tester notre offre avant Noël.

De ce point de vue là, ça a plutôt été une bonne décision parce qu’on a rapidement eu du trafic sur notre site et pas mal de premiers clients : 30 clients entre le lancement et Noël, et 1800€ de CA, donc pour un premier mois, c’était plutôt canon.

Mais l’erreur qu’on a probablement fait à ce moment-là, c’est d’avoir été un peu radins sur les dépenses en publicité, que ce soit les Ads fb ou Adwords.

On savait aussi que les budgets pour être visibles étaient souvent plus élevés dans les semaines précédents Noël et c’est ce qui nous a fait hésiter.

C’est dommage, parce que si on avait su mieux maîtriser cet aspect, on aurait pu profiter encore plus de la période avant Noël. »

 

Si vous aviez pu rencontrer votre vous « de 1 an dans le futur », que souhaiteriez qu’ils vous aient dit à vos débuts (pour gagner du temps) ?

« Il y a un an jour pour jour, Antoine et moi, on se préparait à partir chacun sur un continent.

Le projet n’existait pas, la seule idée qu’on avait, c’était de lancer un projet ensemble

Concrètement, on s’est retrouvé fin septembre à Lyon pour se consacrer à partir de ce moment, à 100% à ce projet. »

 

Parlez-moi un peu de vos tout débuts… La plus grosse difficulté pour développer ce projet ?

« Aïe aïe ! Au départ, on a eu du mal à gérer le fait d’être à deux sur le projet, et ça a vraiment été un problème : c’était le début et on avait pas encore en tête qu’il faudrait arriver rapidement à une bonne répartition des tâches pour ne pas trop se marcher sur les pieds.

Plus le temps passe et plus on progresse.

Ce qui compte vraiment à mon avis, c’est de s’organiser et de s’investir à fond. »

 

Quelle plate-forme utilisez-vous ?

« Depuis le début, on utilise Shopify : c’est un ami qui utilisait la plateforme qui nous a fait comprendre assez rapidement que l’on gagnerait un temps fou et que ça nous éviterait des dépenses inutiles de développement pour le lancement de l’activité, vu nos profils non tech.

On se pose la question depuis quelques semaines de passer sur Magento car on aimerait implémenter une fonctionnalité de partage du paiement sur notre site.

Par exemple, un membre de la famille commande un abonnement sur parlapapi.com, et, au moment du checkout, il indique les contacts des membres de sa familles qui participeront au paiement avec lui et il ne paye que sa part du montant total. L’outil en question, c’est Sharegroop.

Mais pour l’instant, ce n’est qu’une réflexion, rien de sûr  »

 

Pouvez-vous faire une comparaison entre Shopify et Magento ?

« En deux mots, ce qu’il faut retenir, c’est que d’un côté Shopify reste beaucoup plus facile d’utilisation (pas de gestion de l’hébergement par exemple), et d’un autre côté, Magento est beaucoup moins cher mais nécessite plus que des bases en développement.

Comme je vous le disais, ce n’est pas encore d’actualité pour nous si bien qu’on est pas vraiment experts de la question.

Si vous voulez plus de précisions, je vous recommande cette page

 

À partir du moment où vous avez lancé Parlapapi, quels obstacles/imprévus avez-vous rencontré ?

« Ils sont très nombreux ! Les galères avec Paypal, les retards de livraisons de nos fournisseurs (pour les albums photo notamment), la charge de la gestion du SAV qui a augmenté en flèche, et qu’on automatise peu à peu… »

 

Selon vous, en quoi vous vous démarquez de la concurrence ?

« Notre principal point différenciant, c’est la SIMPLICITÉ !

Alors voici la recette miracle :

Pas d’application, pas de site internet compliqué.

Tout se fait par message : à chacun sa manière de parler à sa grand-mère.

Vous pouvez utiliser aussi bien les mails, que Messenger ou Whatsapp.

On s’occupe de tout. Nous nous chargeons de tout expliquer à chaque membre de la famille, et de relancer tout le monde régulièrement. »

 

Quels sont vos prochains projets de développement ? (quelles sont les prochaines étapes ?)

« La prochaine grande étape pour nous, c’est l’automatisation de la relation client, c’est-à-dire, la récupération des photos, les relances etc…

On pense arriver à là grâce à Gorgias (app Shopify), un helpdesk qui te permet d’automatiser en grande partie la relation avec les client par Messenger, Mail et téléphone, depuis une unique plateforme. »

 

Que conseilleriez-vous à qqn qui vous demande « Moi aussi je veux lancer une boutique en ligne. Par où je commence ? »

« Ah là là, on a pas vraiment l’impression d’en être arrivé au point où on peut dispenser nos conseils, on est encore débutants.

Mais ce qui est certain, c’est qu’il faut vendre quelque chose qui te plaît, qui a du sens pour toi et qui répond à un problème.

Sinon, tu seras juste une autre boutique en ligne parmi des milliers d’autres et ce sera très compliqué de te démarquer. »

 

Quelque chose à ajouter ?
« Une carte postale pour mamie, pas de souci, avec Parlapapi ! »

Le meilleur retour sur investissement (ROI)… de très loin !

Si vous avez commencé à jouer
avec votre boutique Choupifaille,
vous savez déjà quelles actions vous rapportent le plus.
(Et si vous ne le savez pas,
alors vous avez un GROS souci !)

C’est assez bizarre quand même.
Toutes les discussions tournent autour des mêmes sujets :
Facebook, Instragram et la « niche-que-j’ai-choisi »
Mais PERSONNE ne parle du meilleur ROI possible

Personne ne s’intéresse vraiment à cet aspect,
personne ne pose de questions sur le sujet,
tout le monde se focalise sur les mêmes choses.

Vous voulez faire exploser votre ROI ?
alors imprimez bien ces 2 mots :
« EMAIL MARKETING »

Si vous n’avez encore rien fait au niveau des emails,
vous perdez beaucoup d’argent, TOUS LES JOURS !

Et là je ne vous parle pas de bombarder bêtement
d’emails de promotions et de produits.
Vous les lisez vous dans votre boite de réception ?
Moi non, je les spamme même.

Là je vous parle de tisser une VRAIE relation
avec vos clients,
de les impliquer, de les faire réagir, de les réveiller,
de les rendre accroc à vos textes.
Exactement comme je le fais ici, jour après jour…

Mais il y a des méthodes pour ça,
il ne s’agit pas de simplement raconter votre vie,
c’est un peu plus subtil que ça.

Vendre comme des malades avec des emails, tout est là :
http://bit.ly/2zWefgm

À votre succès !

J’ai écrit 2 fois « con » dans ce message…

Un de mes clients m’a aidé à doubler mon chiffre d’affaire !

C’est exactement dans ce genre de situation que l’expérience en marketing fait TOUTE la différence !!
(vraiment les amis, vraiment, formez-vous au marketing)

Attention, je vous parle pas d’affiliation,
ou d’utiliser le réseau de distribution
de quelqu’un d’autre ici…
Quand je dis que ce client a boosté mes ventes,
c’est seulement grâce à quelques mots…

Mais ces quelques mots ne sont pas tombés du ciel,
j’ai pris la peine d’aller les chercher.

Comment j’ai fait ?
Un truc tout con,
et pourtant incroyablement efficace :

J’ai appelé quelques clients au téléphone !
Simple non ?
Mais attention là aussi,
(beaucoup de warnings aujourd’hui…)
c’était pas pour parler météo.

C’était pas non plus pour leur poser des questions à la con
(tiens, j’ai dit 2 fois « con » aujourd’hui aussi…)
du genre « qu’est-ce que tu voudrais acheter maintenant ? »

Ce que j’ai simplement fait :
c’est replacer le contexte
dans lequel il a acheté mon produit.

Et grâce à tous ces contextes (j’ai appelé plusieurs clients),
j’ai pensé à une nouvelle offre
à laquelle j’aurais jamais pensé autrement..

Et là, bimgo !
Jackpot !
Touch down !
Dans le mille !
(remplir ici par l’expression qui vous convient le mieux)

Mes ventes ont explosé,
j’ai reçu des messages de clients me remerciant de proposer quelque chose d’aussi « bien pensé » et utile à leurs yeux,
et j’ai fait de ces clients des fans hardcore de ma marque
(autrement dit, j’ai rendu plus facile les futures ventes…)

Encore une fois, peu importe le business
dans lequel vous êtes,
les outils/plateformes/applications évoluent,
MAIS PAS les mécanismes du marketing !!!

Vous trouverez une bonne adresse de mécanicien du marketing ici ⇢ http://bit.ly/2zWefgm

À votre succès !

ANTI GUN SUR LA TEMPE

Et si je vous disais qu’on peut vendre
SANS essayer de vendre !

Voici le message de Jean :

« Je n’arrive plus à aller au bout d’un achat car je ne supporte plus ces ‘preuves d’achats’ très (trop)’suspects qui apparaissent au bout de quelques secondes et régulièrement et surtout surtout ce qui me fait abandonner un achat:

une roue qui s’affiche avec une question à la con du style: As-tu envie d’avoir de la chance?

Ça dévient systématique et c’est tout à fait insupportable. »

Maintenant, question pour vous :
Vous aussi vous avez besoin
d’utiliser 17 applications différentes
pour harceler vos visiteurs avec des trucs comme :

ma boutique elle est super
ma boutique elle est pas chère

3871 personnes ont acheté ce produit
ces 3 dernières minutes,
il nous reste « seulement » 27 produits sur un stock de 158,87

y’a des réductions partout,
et tout le temps

il vous reste 17 minutes 42 secondes pour acheter sinon…
(bah on fait F5 pour remettre le compteur à zéro le plus souvent)

tourne la roue pour gagner une réduction
(même si tu sais pas encore de quoi parle ma boutique)

Et j’en passe,
et des PAS meilleurs…

Les preuves sociales sont hyper puissantes
pour rassurer vos visiteurs et faciliter les ventes.
Mais quand vous transformez ces preuves
en « gun sur la tempe »,
vous obtenez exactement l’effet inverse :

vous les faites fuir,
vous devenez suspicieux,
vous n’êtes plus crédibles !

Vous savez, c’est comme quand
vous vous promenez au marché,
vous vous arrêtez sur un étal
pour jeter un petit coup d’oeil, et là bim !

Le mec derrière vous arrose de prix, de super promos,
vous raconte comment ses clients sont heureux
avec ses machins,
et vous promet que si vous n’achetez pas maintenant, après ce sera trop tard parce que c’est son tout dernier produit FOR-EVER !

Moi perso, quand on force la vente, je me bloque
et je me mets sur la défensive,
même si le produit aurait pu me plaire…

Alors qu’iI existe tellement de façons simples
de rendre votre produit et votre marque désirable :

Raconter une histoire touchante à laquelle peuvent s’identifier vos visiteurs, jouer sur les émotions (positives), rédigez un cas d’étude complet de votre produit mis en situation…

Soyez le commerçant consciencieux
qui aide ses clients à faire les meilleurs choix.

Pas le mec intéressé qui a absolument besoin de faire ses petites ventes coûte que coûte…

Pour les méthodes « anti gun sur la tempe », c’est par ici :
http://bit.ly/2zWefgm

À votre succès !

La fois où je me suis battu (histoire vraie…)

Ce règlement de compte de compte violent (histoire vraie),
je vous en ai déjà parlé ?

 

Le lieu de l’embrouille :
un déjeuner en famille en France
(plutôt rare pour moi)

 

D’un côté, la bande des « bien-pensants »
avec leurs idées bien arrêtées.

 

De l’autre moi,
pas « bien-pensant » du tout
et avec des idées qui piquent.

 

La raison de l’embrouille :
« Être entrepreneur, c’est risqué.
Trouve plutôt un emploi stable ! »

 

La bande lance les hostilités,
à coup de sécurité de l’emploi,
de salaires fixes chaque mois
et de retraite assurée par l’État.

 

Sécurité de l’emploi ?
Vraiment ?

 

Tu sais que tu es très exactement à 1 salaire de la faillite ???!!!
Que ton employeur peut décider,
à tout moment, de t’éjecter dans les 30 jours ?

 

Oui mais il y’a le RSA…
(tentative de coup bas)
Super !
(esquive)

 

Excellente idée :
ça va couvrir tous tes frais, tes crédits, ton train de vie, ta famille…!

 

Moi, en tant qu’entrepreneur,
il faudrait un nombre de circonstances tellement hallucinantes d’être à zéro que j’aurais peut-être plus de chances de gagner au loto !

 

Pour ne plus rien gagner, il faudrait :
que subitement, je ne vende plus rien du tout,
je perde tous mes sites,
je perde toutes mes mailing lists…

 

Et même si c’était le cas
(pas simple quand même)
il faudrait aussi que je perde tous mes contacts hors emails,
que tous mes clients offline me tournent brutalement le dos,
et que tout le monde m’oublie du jour au lendemain…

 

Tu la vois plutôt où la sécurité de l’emploi là ??

 

Quant à tes salaires fixes, pour rien au monde je veux les recevoir.
Toi tu es plafonné :
demande à ton patron une augmentation de 500%,
juste pour rigoler !

 

Oui moi j’ai galéré à mes débuts.
Mais je me suis formé, j’ai essayé, je me suis planté…
Et j’ai fini par réussir,
et financer (trèèèèès largement) le lifestyle que je souhaitais.
(en tout cas 1000 fois plus appréciable que tes week-ends et tes 3 semaines de congés annuels…)

 

Ma retraite ?
Je la fabrique moi-même, c’est plus sûr.
Je refuse de dépendre de qui que ce soit pour assurer mes vieux jours. Trop risqué !!

 

Le plus drôle, c’est que personne n’est vraiment sorti gagnant de ce « règlement de compte »
Eux campaient sur leurs positions,
Et moi, je continuais à vivre la vie que je voulais !
Alors on s’est quittés (vraisemblablement pas) bons amis…

 

Pour ne plus être à 1 salaire de la faillite, et vous créer une VRAIE sécurité de l’emploi grâce au business, c’est ici ⇢ http://bit.ly/2zWefgm

 

À votre succès !

Comment vendre plus SANS fournisseurs

Le Nouvel An chinois, c’est le 16 février 2018.

Et si vos fournisseurs sont en Chine, aucun envoi ne sera effectué au moins une bonne semaine AVANT et APRÈS cette date.

Pour vous, ça veut dire quoi ?

Un creux dans votre CA ??

Mais non ! :

Raisonnez plutôt entrepreneur malin : utilisez cette info pour booster vos ventes !

Voici comment :

Envoyez un email à toutes vos listes pour les avertir d’un ralentissement d’activité exceptionnel.

Insérez dans votre message une promotion spéciale « nouvel an chinois » ou « année du chien » ou tout autre raison valide.

Sans oublier de dire que l’envoi sera un peu plus long que d’habitude.

Et le tour est joué !

Partager avec vos prospects/clients la situation de votre boutique, et leur offrir quelque chose d’unique et de valeur, est super efficace pour renforcer votre crédibilité auprès d’eux.

Testez cette promotion, vous risquez juste de faire plus de ventes (en plus de leur donner subitement envie de manger chinois)

Toutes les raisons valides possibles pour créer des promotions spéciales sont abordées ici :

http://bit.ly/2zWefgm

À votre succès !

Cédric BEAU

Shopify 21 jours gratuits (Janvier 2018)

Comme vous l’avez sûrement remarqué, il n’est plus vraiment possible de s’inscrire sur Shopify en profitant des 60 jours gratuits.

Et même plus non plus des 30 jours gratuits !

Il ne reste qu’un lien 14 jours gratuits…

Mais saviez-vous qu’il est possible d’étendre cette période, gratuitement, d’une semaine ?

Voici comment procéder :

1. Créez votre boutique avec le lien basique : http://bit.ly/2n0S9Ut

2. Faites ce que vous avez à faire pour être prêt à vendre le plus rapidement possible (perfection rime avec procrastination).

3. Si il vous faut plus de temps, contactez Shopify via le lien suivant : http://bit.ly/2Dzfd6Z et demandez une extension

4. Vous voilà désormais avec 7 jours de plus pour fignoler les derniers détails avant de vous lancer

5. Commencez à vendre !

Rappel : vous pouvez commencer à vendre durant votre période d’essai ! Il suffit de choisir un plan, mais le prélèvement de celui-ci ne sera pas effectué avant la fin de la période d’essai !

Voili voilou, c’est le mieux qu’on puisse faire actuellement 😉

Une Rafale À 9+1 Balles !

Aujourd’hui, je tire en rafale !

(vous êtes prévenu)

Genre je prends aucun gant, ni rien du tout.

Une rafale de 10 balles sur les dernières vidéos publiées dans la méthode Quickstart.

Accrochez-vous, c’est parti :

– Une vidéo complète sur une boutique généraliste à plus de 50k/mois. On vous donne les points les plus importants, et surtout vous pourrez vous-même voir en ligne cette boutique, décortiquer leur marketing et SURTOUT copier leurs bonnes pratiques pour votre propre site…

– Tout pareil avec une deuxième vidéo mais cette fois sur une boutique de niche. (vous n’aurez plus qu’à copier-coller ce qui vous intéresse)…

– Encore tout pareil avec une troisième vidéo (et donc une troisième boutique) mais cette fois choisie et commentée par Mélik NAKHLA. La diffusion est prévue mi-décembre…

– Justement puisque je parle de Mélik, il vient de boucler un module entier sur le référencement naturel (3 vidéos + un live Facebook de 2h+).

Vous trouvez peut-être ça ennuyeux ? Ok, maintenant si je vous dis « 500 visiteurs par jour sur votre boutique entièrement gratuits » (zéro pub Facebook, zéro pub Instagram, 100% GRATUIT), est-ce que vous voulez au moins jeter un coup d’oeil ?

– Un nouveau laboratoire avec nos propres tests et expériences privées. Là aussi, vous prenez seulement ce qui vous intéresse et vous n’avez plus qu’à l’installer sur votre site. Si ça marche pas, bah vous changez/supprimez/adaptez. Mais si ça marche, alors bravo, vous venez d’augmenter vos ventes et votre chiffre d’affaires ! Facile, non ?

– Et c’est pas tout, décembre arrive avec encore de nouvelles vidéos. Je parlais de Mélik un peu plus haut avec une boutique qui cartonne. Voici la suite…

– Un nouveau template pour multiplier les ventes sur votre boutique. Les templates gratuits, c’est bien pour se faire la main. Mais si vous voulez passer au niveau au-dessus, il faut « investir » dans un template payant (rentabilisé en une journée de ventes même pas pour un membre de la Méthode Quickstart). Un template super efficace et surtout ENTIÈREMENT EN FRANÇAIS…

– Le mode d’emploi étape par étape pour la recherche de produits, en mode avancé. Ne faites pas comme tout le monde avec seulement des bestsellers Aliexpress ou des logiciels de recherches automatiques (vous vendrez exactement les mêmes produits que des milliers d’autres personnes).

Si vous galérez à trouver une niche rentable, c’est que vous vous posez pas les bonnes questions, ou que votre process est bancal, à moins que vous n’ayez pas de process du tout ?!!! Si c’est le cas, on partage avec vous notre checklist « maison ». Une fois entre les mains, vous n’aurez plus qu’à cocher les cases, et générer des idées hyper rentables…

– Ah oui, on a décidé aussi d’inviter des « super dropshippers » sur Quickstart. Ils vous donneront leur propres listes de méthodes. Vous n’aurez plus qu’à tout poser sur la table et choisir les actions à faire sur votre boutique…

– Le GROS changement à venir : vu le nombre de membres sur Quickstart, on va retirer le lien d’inscription actuel d’ici quelques jours (pour une durée encore indéfinie). On veut vraiment assurer le meilleur suivi possible mais on arrive très bientôt en surcapacité… Bref, vous êtes un décideur ou un procrastinateur, c’est maintenant ou jamais !

Le lien est encore disponible avant retrait intégral :

http://bit.ly/2zWefgm

A votre succès !

Cédric BEAU

Idée pour trouver des idées de produits à vendre sur Shopify

Pour trouver des idées de produits à vendre dans votre boutique Shopify

Réfléchir d’abord au prix de vente de vos produits, et ensuite trouver des idées de produits dans cette gamme de prix.

Pour vous aider à fixer vos prix, rappelez vous de ces deux règles mathématiques.

1. Plus le prix est bas, plus le taux de conversion est élevé (mais moindre est votre marge)

2. Plus le prix est haut, plus vous aurez de questions à répondre à vos clients avant qu’ils fassent leur achat (support client, objections à traiter dans votre argumentaire de vente…)

Le truc que je vous recommande, c’est de trouver un juste milieu.

Pourquoi?

Parce que vendre des produits vraiment pas chers, c’est horrible au niveau de la gestion.

Des milliers de commandes par jour pour gagner trois kopecks, c’est juste épuisant.

Et parce que vendre des produits vraiment très chers, c’est horrible au niveau de la vente.

Passer des heures à convaincre un client que votre produit à 500€ est vraiment celui qu’il lui faut, c’est juste… tout autant épuisant.

Par contre quelque chose au milieu, c’est le paradis.

Les profits sont relativement bons et couvrent largement les investissements (gestion de la boutique, applications Shopify, publicité Facebook, formation marketing…) et d’un autre côté les acheteurs ne se posent pas trop de questions au sujet de leur achat.

Il ne vous reste plus qu’à sélectionner vos produits dans cette fourchette (15 à 75 euros à l’achat, 30 à 150 euros à la revente).

Et à apprendre à intégrer tout ça dans un système efficace.

Pour découvrir comment je bosse sur Shopify, c’est ici :

> https://goo.gl/BEywAw

Cédric