Catégorie : old

Sourcing en Chine : 3 façons de faire

Le sourcing en Chine, c’est un marché énorme. Et à vrai dire, à cette question il n’existe pas de réponse exacte.

Pas facile de mettre les gens dans des cases, mais je voulais vous présenter plusieurs type d’acheteurs que j’ai pu observer au fil des ans

Vous m’en direz des nouvelles :

Le touriste et sa collection de cartes de visite

Foire de canton
Foire de canton

Tout d’abord, il y a ceux que l’on pourrait nommer :

« les sourceurs touristes ».

Ce sont souvent des occidentaux, ou des chinois nés à l’occident :

Il ne connaissent ni la Chine, ni le chinois, mais se rendent 4 fois par an sur place pour les différentes foires (foire de Canton, foire de Hong Kong) et autres événements.

Ils font le plein de cartes de visites, cherchent à avoir des interlocuteurs parlant français au mieux, anglais au pire, et rentrent en France avec leurs idées.

Ce sont souvent des acheteurs, plus que des importateurs. Ils sont en quête d’idées, de catalogues et d’échantillons.

Le souci ?

Ils vont avoir tendance à passer par des agents ou faire appel à des interprètes, et ils ne savent peut-être même pas que ces derniers se prendront une comission auprès du fournisseur EN PLUS des frais qu’ils lui facturent (on reviendra sur cette problématique ultérieurement)…

Adieu la marge et la compétitivité !

Bien sûr, ça peut marcher. Mais peut-être que quand les affaires commenceront à tourner, il sera alors temps de passer au niveau supérieur :

L’expert et son intérêt pour la langue et la culture.

Ensuite, il y a des sourceurs passionnés :

Ils connaissent la Chine et le chinois mandarin, parfois même le cantonnais. Ils n’en ont pas forcément une maîtrise parfaite, mais ces quelques notions leurs permettent de mieux s’intégrer auprès de leurs interlocuteurs, et ça invite à la négociation.

Il comprend l’importance de la culture, et de la relation humaine dans le business, si il veut tenir sur le long terme :

Ce sont des acheteurs chevronnés, qui connaissent le terrain. Pour le sourcing en Chine, c’est un atout indéniable. Leur maîtrise des produits est telle qu’ils peuvent évaluer le potentiel et le prix d’un produit au premier coup d’oeil.

Telle expérience ne se gagne pas en un jour. Mais après tout, le sourcing est un métier. N’est-ce pas ?

Le sourceur professionnel

Autant le passionné est souvent installé en France, pays depuis lequel il se concentre sur l’acquisition de clients et le côté commercial du business…

Autant d’autres ont décidé de ne faire QUE du sourcing :

Ce sont les sourceurs du quotidien, ceux qui connaissent la Chine, et qui sourcent avec des chinois. Ils ont peut-être même des natifs avec eux au sein de leurs bureaux en France.

Soit ils ont des bureaux en Chine, dans lesquels eux-même sont au quotidien.

Soit, et pas si rarement d’ailleurs, ils ont les deux : un bureau de sourceurs en France, et une équipe en Chine qui supervice la production, le contrôle qualité, et le regroupement d’échantillons…

Le couple occidental/chinois est imparable pour le souring en Chine :

L’un saura négocier le prix et sélectionner le bon produit pour la bonne demande, tandis que l’autre saura retranscrire la demande et le cahier des charges exact au fournisseur chinois, ainsi que s’assurer du suivi des affaires.

Cette dernière technique de sourcing met aussi le fournisseur en confiance. Au final, les deux parties sont gagnantes…

Et vous, quel type de sourceur êtes-vous? Quel type de sourceur voulez-vous devenir ?

Comprenez-vous la problématique de la recherche de fournisseurs fiables? D’optimisation des marges ?

Si ça vous intéresse, on continue la discussion ici :

https://bit.ly/2H5aLPD

Quoi acheter en Chine ?

La bonne question ! A l’heure du tout made in china, peut-on vraiment tout acheter en Chine, ou certains produits sont ils plus intéressants à faire ailleurs qu’en Chine ?

Quoi acheter en chine
Faire produire en Chine?

Cette problématique se fait ressentir d’une façon de plus en plus marquée alors que les ouvriers chinois retournent à la campagne (du fait des aides gouvernementales pour le secteur agricole), que d’autres doivent se faire augmenter de salaire (sur la côte Sud Est notamment) et que d’aucuns augmentent les tarifs du fret maritime en provenance de l’Empire du Milieu, sans parler du cours du dollar et des fluctuations des prix des matières premières !

Il est vrai que la Chine a acquis au fil de ces dernières années une certaine technologie, c’est un fait. Ainsi, on remarquera que faire des lecteurs mp4 et des stations météo en Chine est très intéressant. Mais pour ce qui est des technologies qui commencent à viellir, comme la clé USB, on remarque qu’il sera peut être parfois plus intéressant de faire faire en Tunisie ou dans d’autres pays plus proches. Les droits de douane étant plus faibles, le transport plus stable, en fonction des quantités, la question ne se pose même plus.

Produire Chine
La question du textile chinois

Il y a ensuite une catégorie qui perd de plus en plus en intérêt pour les achats en Chine, c’est le textile. Echarpes et autres vêtements deviennent trop coûteux à produire en Chine, et il est plus intéressant de faire faire en Inde, au Pakistan ou encore au Bengladesh ; et ce, malgré le fait que dans ces derniers pays, la qualité est parfois moins au rendez-vous.

Pour le reste, on peut encore et toujours dire, la Chine reste la caverne d’Alibaba pour tous les produits de bazar ! Mais surveillons bien les quotas et autres droits de douane, qui sait ce que l’avenir nous réserve !