Étiquette : Dropshipping

Les produits winners : la grosse arnaque

Ce qui rapporte l’argent dans le business, c’est le produit qu’on vend.

Du moins, c’est ce qu’on voit…

Donc c’est ce qu’on croit.

Et pourtant, on a beau connaître les soit-disant winners, quand on les reprend sur notre site, ça ne marche pas forcément super.

Où est l’arnaque ?

Ben tu vois, c’est comme les deux pédales d’un vélo.

Le produit, c’est la pédale gauche.

Elle est indispensable, et effectivement elle va faire une grosse partie du travail.

Mais t’auras beau avoir une pédale en titanium, si t’as pas la pédale droite, ben t’ira pas bien loin.

La pédale droite, c’est ton audience.

Et ton marketing, c’est le mécanisme et l’huile qui t’aider à faire tourner tout ça sans frottement.

Le voila le secret :

Ton winner, c’est pas un produit.

Ton winner, c’est un couple produit/audience.

Je te donne tout mon process pour bosser là dessus dans la vidéo de la semaine :

https://bit.ly/2Lakqnd

Cédric BEAU

P.S. : Je te donnerai aussi la pire erreur que les gens font après avoir défini leur audience, quand ils passent à la sélection des produits. Même moi j’ai du mal à ne pas la faire tellement je me fais avoir à chaque fois.

Mais c’est normal, c’est humain de tomber dans le piège (oui, même en sachant qu’il y a un piège !) :

https://bit.ly/2Lakqnd

Dropshipping depuis la Chine et Nouvel An Chinois : Comment anticiper le CHAOS ?

Le nouvel an chinois arrive? Quelle est votre stratégie?

Exemple : faire un peu de stock de vos best sellers, et livrer en 48h quand vos concurrents seront à la ramasse?

Le Nouvel an Chinois est généralement une période d’écrémage entre les vrais entrepreneurs, et ceux qui croient à la magie et autres secrets pour « devenir rentier » grâce à des « coups » et autres « outils game-changers »

Êtes vous un joueur de loto, ou un stratège?

Quel est votre plan d’action?

Si vous n’avez aucune idée de stratégie sur le moyen long terme, c’est le meilleur moment pour rejoindre QuickStart :

https://goo.gl/BEywAw

Si vous êtes déjà prêts, alors je vous souhaite énormément de succès, et une très bonne nouvelle année !

Là, j’en ai marre : GROS coup de gueule !

Arf, là j’ai vraiment plus de mots…

Je vous explique :

Je scrollais bêtement mon mur Facebook pour mater les news (c’est inutile je sais, mais bon, on le fait tous à un moment de la journée, non ?!)

Je tombe sur un truc qui attire mon attention.

Une vidéo se déclenche (pas trop mal faite au passage).

Le machin en question, c’était un support pour laptop pour travailler dans toutes les positions : assis, couché, sur le ventre, en poirier, sur la tête…

Le genre d’accessoire que je pourrais éventuellement acheter sur un coup de tête (éventuellement).

En bon marketeur qui aime bien apprendre des autres, je clique sur le lien.

Et là, c’est le drame !

Pourtant la fiche produit démarrait bien : un coup d’oeil au prix et déjà une remise de 50%, cool !

Ensuite un coup d’oeil sur la description : CONS-TER-NA-TION !

Le couple magique, le binôme de rêve, la paire enchantée.

J’ai nommé le stock encore disponible et le chrono… Un [email protected]#$%* de chrono !!

Je sais pas qui est le génie qui s’est dit un jour : « Et si on mettait un chrono sur toutes les fiches produits de ma boutique ?! Comme ça on fera sûrement plus de ventes, gnark gnark gnark… »

NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!!!!!!!!

À ton avis gros malin, à quoi pense un client qui arrive sur une page produit et à qui on annonce qui lui reste moins de 45 minutes pour acheter ????

D’abord, t’as aucune raison valide pour limiter en temps ton offre. On met une deadline SEULEMENT quand c’est justifié (je sais pas moi : une offre de Noël, la naissance de votre petit, le lancement exceptionnel d’un nouveau produit, etc)

Et puis, quand le chrono arrive à zéro, il est censé se passer quoi au juste ? La page explose ??

Pourquoi s’acharner à garder un truc aussi agressif qu’un chrono ? Vous vous êtes pas dit à un moment donné qu’au lieu de forcer la vente comme ça, une meilleure idée serait, par exemple, de répondre aux objections courantes que le mec se pose quand il veut acheter ce type de produit ???!!!! 

Le guider au lieu de le braquer avec un flingue, ça vous dit quelque chose ??

Hello ????? Marketing pour les nuls ici…

Et les stocks disponibles…

Un coup d’oeil aux délais de livraison : 2-3 semaines.

Donc visiblement, tu l’as pas vraiment en stock le truc avec des délais aussi longs…

Alors POURQUOI me dire qu’il reste que 7 produits en stock quand visiblement tu n’as PAS de stock, et que visiblement tu te fournis ailleurs, et que j’ai VRAIMENT du mal à croire que ton ou tes fournisseur(s) n’ont vraiment plus QUE 7 pièces encore disponibles ???!!!! Vous prenez vraiment vos clients pour des imbéciles ou quoi ?

Marketing pour les super nuls…

Ça me rend juste dingue : pourquoi ne pas simplement se mettre dans la peau d’un visiteur qui arrive sur leur site, et se demander simplement quel genre d’information UTILE et PRATIQUE ce visiteur voudrait y trouver pour se décider…

Un peu vénère aujourd’hui… Mais quand je vois ces pratiques parfaitement inutiles, et même carrément repoussantes, j’ai juste du mal à comprendre…

Ok, je respire, et je me calme un peu.

Si vous voulez utiliser des méthodes simples, utiles et qui vendent vraiment, sans braquer vos visiteurs à la moindre occasion, on se retrouve ici :

http://bit.ly/2zWefgm

À votre succès !

Cédric BEAU

P.S. Pas une fois je n’ai utilisé de chrono sur mes boutiques ecommerce, ce qui m’empêche pas de faire des ventes, bien au contraire… J’te jure…

Terminator : Dominez le dropshipping en mode SkyNet

« En 2029 c’est Skynet qui fera du dropshipping, il aura pris le pouvoir »

Cette petite boutade de Luc sur ma page facebook m’a fait réfléchir.

Le genre de réflexion qui te font méditer sur l’avenir de l’humanité, en mode lanceur d’alertes style Stephen Hawking :

Pourquoi l’intelligence artificielle est-elle si effrayante ?

Parce qu’elle est de plus en plus efficace.

Pourquoi est-elle efficace ?

Parce qu’elle est basée sur des programmes de plus en plus évolués, et des bases de connaissances qui s’auto-alimentent :

Un programme, c’est simplement un truc informatique comportant des instructions spécifiant étape par étape les opérations à effectuer pour obtenir un résultat.

Et une base de connaissances, ben c’est simplement une base de données recensant ce qui a été enseigné initialement ou appris ensuite.

Effectivement, une intelligence artificielle, tu peux pas faire le poids quand tu es un simple humain brouillon et rempli d’émotions.

Si SkyNet existait, et qu’elle faisait du dropshipping, on serait dans la mouise.

Heureusement, tout ça n’est que fiction.

Ou… Ne serait-ce pas aussi un peu la réalité ?

Du côté des humains, on peut en effet aussi constater la différence de résultat entre ceux qui ont des business basés sur des process, et ceux qui partent un peu dans tous les sens.

La différence entre ceux qui savent par où commencer, quelles étapes suivre, et quels objectifs atteindre…

…et ceux qui sont complètement perdus, qui vont un coup à gauche, un coup à droite.

Skynet, si ce n’est pas (encore) une réalité, c’est tout de même une source d’inspiration vers laquelle on peut tendre si l’on veut être plus efficace dans le business.

Suivez des process, faites-vous des check-lists, tout en boostant votre base de connaissances.

Soyez. Une. Machine.

Vous trouverez la méthode et les connaissances ici :

https://goo.gl/BEywAw

L’étape Suivante

Quand vous travaillez sur une page produit, une publicité, ou même la page « panier » de votre boutique, pensez toujours à  » L’étape Suivante « .

À chaque titre, paragraphe, mot, mise en forme, couleur, posez-vous la question suivante :

« Est ce que cette modification facilite ou, au contraire, bloque l’étape suivante? »

L’étape suivante, quand on est sur la page produit, ça peut être par exemple : pousser le prospect à ajouter un produit au panier.

L’étape suivante, quand on bosse sur une pub, ça peut être par exemple : pousser le prospect à cliquer sur le lien

L’étape suivante, quand on bosse sur la page panier d’achat, ça va être par exemple de pousser le client à rentrer ses coordonnées bancaires dans le formulaire.

Concrètement parlant, pour illustrer un peu avec des exemples :

Supposons que votre niche/produit est destiné aux hommes de 24 à 42 ans, métier technico-commercial :

Mettez-vous à la place de votre client type et posez vous cette fameuse question :

– Lors du choix des couleurs, posez-vous la question!
> Devinez, pour un homme est-ce que l’on préfèrera un truc pro avec des couleurs bien contrastées rouge/noir ou bien alors un truc léger et guilleret à base de pastels ?

Si on ne se pose pas la question, on n’y pense pas. Mais une fois que l’on se la pose, ça va de soi ! C’est parti pour le contraste !

– Lors du choix du vocabulaire, posez-vous la question !
> Allez vous choisir des termes qui sont basés sur la compétitivité, le challenge, ou alors des trucs rassurants et orientés vers les avantages pour la famille ?

Si on ne se pose pas la question, on n’y pense pas. Mais une fois que l’on se la pose, ça va de soi ! L’instinct maternel, c’est pas ce qui nous intéresse !

– Lors de votre promo, posez-vous la question !
> Allez-vous écouter les conseils de votre petite soeur puéricultrice, ou ceux de votre oncle vendeur de voitures?

Si on ne se pose pas la question, on n’y pense pas (et on écoute aveuglément sa petite soeur chérie). Mais une fois que l’on se la pose, ça va de soi ! Désolé gamine, mais ce soir j’invite tonton au resto, je suis sûr qu’en plus il a plein d’autres astuces : la vente, c’est son métier !

– Lorsque vous avez envie de booster votre page facebook, posez-vous la question!
> Il pourrait sembler intéressant de mettre un lien « likez notre page » sur toutes vos pages produit pour booster tout ça, non? Sauf que l’étape suivante sur la page produit, c’est pas de liker une page, c’est d’ajouter un produit au panier et de faire du chiffre d’affaire ! La page produit, vu comme ça, c’est pas du tout destiné à faire du like !

Si on ne se pose pas la question, on n’y pense pas. Mais une fois que l’on se la pose, ça va de soi ! La page facebook est un outil de com’ pour nous aider à faire du chiffre, on va quand même pas l’utiliser pour faire des « likes ». Les « j’ai 10.000 fans facebook », ça impressionne pas les banquiers, et ça vous paye pas le loyer…

Pensez-y

Et pour passer du coq à l’arbre, la formation Shopify Quickstart, c’est ici :

https://goo.gl/BEywAw

Pas de problème !

Je reçois souvent des messages d’abonnés me parlant de leurs problèmes. Problèmes de douane, problèmes de la TVA, problème d’un fournisseur chinois qui a stoppé une production…

Pourtant je me rends compte que ces problèmes n’en sont jamais vraiment.

Il y a bien, par contre, un problème. Je pense que c’est un problème francophone (ou même plus spécifiquement français?) :

Dans ce genre de messages, la personne concernée voit généralement le problème comme une fin en soi.

Comme un obstacle insurmontable qui les empêcherait de se lancer dans le business.

Ou si ils sont déjà lancés, le problème serait leur raison d’abandonner.

C’est un problème :

Le problème étant que ces personnes oublient ce qu’est un problème.

Qu’est-ce que ça devrait être, un « problème » ?

« Un problème, c’est une situation dans laquelle un obstacle empêche de progresser, d’avancer ou de réaliser ce que l’on voulait faire. »

« Un problème naît lorsqu’il y a une différence entre l’état des choses et celui souhaité, ou lorsqu’il y a anormalité. »

Un obstacle, ça se surmonte.

Un état des choses, ça se change.

Tout problème attend… une solution.

Un problème, je vous le dit, n’est pas un état final !

En chinois, le mot « problème » n’existe même pas. On utilise à la place le mot « question ».

Une question attend simplement sa réponse. Tout comme un problème attend simplement que vous trouviez sa solution.

La solution, c’est souvent une connaissance que l’on peut acquérir dans un livre, dans une formation, auprès d’une ou plusieurs personnes qui ont suivi le chemin dans lequel on se lance.

Les problèmes dans le domaine du dropshipping, il n’y en a pas beaucoup. Il y a quelques petits obstacles, quelques petites choses à savoir, c’est certain.

D’ailleurs, heureusement qu’il y en a quand même ces quelques connaissances à acquérir. Elles servent temporairement d’obstacles pour décourager ceux qui ne sont pas assez motivés, ou ceux qui n’ont pas en eux la vraie envie d’entreprendre.

C’est une sorte de mini barrière à l’entrée, qui vous permettra de limiter la concurrence.

Ceux qui ne savent pas qu’il existe une solution seront toujours à la ramasse.

Ceux qui ne savent pas où chercher la solution seront toujours à la traîne.

Tant mieux pour vous.

Et tant mieux pour les membres de la formation QuickStart :

https://goo.gl/BEywAw

Storytelling : Connaissez-vous ces 4 histoires ?

Connaissez-vous la légende du célèbre alcool de riz nommé MaoTai, cet alcool blanc chinois qui titre généralement 53 degrés?

Cet alcool où la première gorgée vous détruit l’oesophage, mais où la seconde vous envahi d’un bouquet d’arômes tous les plus suprenants les uns que les autres ?

Pour autant que vous ayez eu le courage de boire cette seconde gorgée…

Il y a en fait plusieurs légendes et anecdotes :

– Il y a l’Histoire, qui attesterait des premieres liqueurs de la région (MaoTai étant le nom d’une petite ville chinoise) depuis 135 avant J.-C.

Les historiens vous expliquent que ces liqueurs étaient originellement des cadeaux d’exception. Ils étaient réservés aux empereurs et aux leaders d’un des pays les plus influents d’Asie.

De quoi vous donner envie vous même de partager cet honneur exceptionnel de pouvoir y goûter…

– Il y a la légende de l’exposition (je ne sais plus si c’était lors de l’Exposition Universelle de San Francisco de 1915 ou si c’était lors d’une Exposition internationale d’alcools à Paris). Cette légende raconte qu’une bouteille brisée sur le stand du producteur avait tellement embaumé tous les environs de son doux parfum, et attiré tellement de curieux, que c’est cela qui leur aurait permis d’obtenir une médaille d’or.

Cette légende vous donnerait presque envie ne serait-ce que de juste « sniffer » un coup cet alcool. Est-il vraiment si unique en son genre?

– Il y a aussi les anecdotes populaires. Par exemple le fameu toast du président américain Richard Nixon avec le premier ministre chinois de l’époque, Zhou Enlai.

Le genre d’annecdotes qui vous donne l’impression qu’en partageant un bon Maotai avec un autre bon vivant, vous faites vous aussi partie des décideurs de ce monde.

– Et tous les autres récits d’expériences croustillantes que les importateurs occidentaux peuvent vivre lorsqu’ils concluent des gros contrats avec des business-men chinois.

Ce genre d’expériences qui vous donne juste envie d’essayer ça avec quelques potes. Juste pour voir si c’est vrai que les effets ne se font sentir que progressivement. Pour voir si l’un d’entre vous s’écroulera sur le trottoir 30 minutes après avoir arrêté de boire, alors qu’il s’apprêtera à monter dans son taxi.

Simples légendes ou réalité?

Faits exagérés sous l’effet de l’alcool? Ou stratégie purement marketing ?

Peu importe. L’important est simplement que vous ayez lu ces histoires.

L’important est que dans votre tête, quelques images aient commencé à apparaître. Quelques émotions, quelques sensations…

Comme cette impression d’être là vous aussi, en train de regarder Nixon et le chinois Zhou se tenant debout face à vous. De les voir portant leurs verres l’un vers l’autre, trinquant, puis rapprochant lentement leurs verres de leurs lèvres, pour finalement déglutir cet étrange alcool translucide en souriant.

Parce que ce sont ces histoires qui ont contribué en grande partie au succès de la marque. Et elles nous montrent l’importance d’un concept bien souvent oublié dans le business…

C’est un concept qui est pourtant parmi les plus simple à mettre en place, et probablement même l’un des plus puissant lorsque vous voulez vendre quoi que ce soit :

Le storytelling.

Pour Maotai, le storytelling a par exemple contribué à générer plus de TROIS MILLIARDS d’€UROS de chiffre d’affaire rien que sur les six premiers moix de 2017.

Un concept simple de copywriting, indémodable. Certes moins sexy que la dernière « application Shopify » qu’on vous propose actuellement en post sponsorisé sur votre fil d’actualité facebook et qu’on vous vend comme étant l’astuce qui changera tout votre business du jour au lendemain (genre…).

Non, ici on est sur un truc fiable, stable, et qui marchera encore dans un siècle. Un truc tout con, tout bête. Même si il faut le faire avec méthode pour que ce soit efficace, c’est vraiment pas difficile.

En fait, c’est quelque chose que tout le monde fait déjà plus ou moins, de manière naturelle. Et ce probablement plus de dix fois par jour, lors de nos échanges avec nos proches.

C’est de ce genre de trucs dont j’aime bien parler dans mes formations. Comme les concepts de la formation Shopify Quickstart, que vous pourrez découvrir en cliquant ici :

https://goo.gl/BEywAw

P.S. : A mes yeux, le meilleur storyteller actuellement en vie est Malcolm Gladwell. C’est un gars qui ne paye pas de mine avec ses cheveux qui partent dans tous les sens, mais dont les écrits vous toucheront jusqu’au plus profond de votre âme.

P.P.S. : A lire ce texte, et à cause de mes petites histoires, il est possible que vous ayez du coup envie de vous essayer au MaoTai (c’est la preuve de la puissance du truc), et mon texte pourrait du coup être considéré comme étant une publicité pour une boisson alcoolisée.

Alors, pour que les choses soient bien claires : « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération » ^^

À votre succès !

(hips)

La clé du succès : pour ouvrir quelle porte ?

Peu importe le business, le parcours est difficile, mais pas compliqué :

– La CLÉ du succès, c’est d’APPRENDRE A VENDRE (ça c’est par exemple la partie technique Shopify, et toutes les apps qu’on évoque chaque jour dans le groupe facebook)

Mais n’oubliez pas ça :

– La PORTE du succès, c’est d’aider les autres, RÉSOUDRE LEURS PROBLÈMES avec des produits-solution.

Je vois trop de gens astiquer leurs clés, bosser comme des malades pour avoir une super clé plaqué OR 24 carats. Ils ont des boutiques de malade, un design de fou (parfois payés au prix fort).

Mais ils proposent des produits dont leur audience ne veut pas.

Je sais bien que vous aimez vos produits, que vous les trouvez cool, mais si vous n’orientez pas votre message vers l’AVANTAGE CLIENT, vous n’avez tout simplement… pas de porte.

Et c’est bien là le secret : une clé en plâtre, en bois ou en plastique peut très bien ouvrir la porte.

Ne vous trompez pas de priorité.

Quand Shopify n’existait pas, il y avait déjà des millionaires.

Quand la pub facebook n’existait pas, il y avait déjà des millionaires.

Que faisaient-ils que la majorité des entrepreneurs ne fait pas aujourd’hui ? Comment faisaient-ils sans tous les outils que l’on propose aujourd’hui ?

Ils trouvaient des portes, et les ouvraient avec des clés en plastiques. C’était plus compliqué, mais ça marchait.

Aujourd’hui on a une chance inouïe, on peut ouvrir des portes avec des clés en or.

Tout est simplifié. Tout est accessible à n’importe qui ayant une simple connexion Internet…

Mais parce que la clé brille, on ne se concentre plus que sur celle-là ?

A quoi bon avoir la clé d’un château si vous ne savez pas où il se trouve ?

A quoi bon trouver par terre la clé d’un BMW i8, si la voiture n’est pas la votre ?

A quoi bon avoir une boutique Shopify, si vous n’avez pas l’intention de vendre des produit que vos clients seront fiers de montrer à leurs amis ?

Si ça fait sens pour vous, on se retrouve ici :

https://goo.gl/BEywAw

Victimes des trucs qui brillent

Aussi bizarre que ça puisse paraître, dans la formation Shopify QUICKSTART, quasiment seul le premier gros module est axé sur Shopify et la partie technique de l’outil.

Le module sur la partie publicité Facebook, par exemple, peut être utilisé de manière totalement autonome peu importe l’outil que vous utilisez : j’utilise les mêmes stratégies pour mes business avec Clickfunnels.

Le module sur le Copywriting peut être utilisé partout : dans vos publicités facebook, sur votre boutique (peu importe que ce soit une boutique Shopify ou un site Wix tout pourri), jusque dans la rédaction de vos emails.

Le module sur les Appliations indispensables à ajouter à votre boutique Shopify peut aussi être consommé avec du recul : Il vous suffit de regarder le but de chacune des applications, et d’intégrer cela à votre boutique, même si elle n’est pas sur Shopify.

Etc, etc…

Pourquoi est-ce que j’ai fonctionné comme ça lors de la conception de la formation?

Parce que je n’aime pas surfer sur les modes.

Je ne suis pas le genre de personne qui hier vous proposait des astuces pour devenir riche en vendant des livres Kindle sur Amazon.

Non, le drop, l’import et la Chine, c’est toute ma vie, et j’évolue avec ces thématiques. En 2009 je faisais déjà du drop (surtout pour valider des idées de produits à importer ensuite en quantités), et je suis certain qu’en 2029 j’en ferai encore (peut être encore d’une autre manière).

Je suis bien conscient que le « dropshipping avec Shopify », ça ne sera peut être pas la meilleure solution dans deux ans, ou dans cinq ans.

Si le drop avec Shopify risque de se démoder, le dropshipping en lui même ne se démodera pas.

Le dropshipping existe depuis bien longtemps : le télé-achat que regardaient nos grand mères fonctionnait d’ailleurs sur un modèle de dropshipping… C’est pour dire ^^

Le dropshipping n’est pas un effet de mode.

C’est un business-model qui est devenu plus accessible grâce à des OUTILS (et ce ne sont juste que ça, des outils) que sont Shopify, AliExpress et autres Oberlo.

Ce qui risque d’être un effet de mode, et l’opportunité que beaucoup risquent de rater, c’est la chance de pouvoir lancer un business de dropshipping depuis leur cuisine, et de pouvoir gérer leur business en buvant leur café tranquillement assis dans le confort de leur maison.

Le dropshipping avec Shopify est quelque chose qu’il ne faut pas rater. C’est certain.

Mais quand l’effet de mode sera passé, et que tous les autres formateurs vous proposeront le prochain truc qui brille, ce qui sera bien à ce moment là c’est que ceux qui auront acquis la stratégie et une audience grâce à des conseils intemporels… survivront.

Ils s’adapteront, et continueront à dropshipper (si ça se dit) en passant tranquillement sur les nouveaux outils.

Et pour ma part, de mon côté, je n’aurai que le premier module de la formation à mettre à jour.

Parce que oui, la formation Shopify Quickstart est aussi évolutive que moi :

Je met à jour les contenus au fil des semaines, en fonction de l’évolution des outils mais aussi en fonction des besoins des abonnés (qu’ils expriment sur le groupe secret réservé aux membres).

Si vous avez envie de monter un truc durable, et que vous n’êtes pas le genre de personne qui abandonera tout dès qu’un autre « truc qui brille » sera à la mode, vous pouvez nous rejoindre ici :

https://goo.gl/BEywAw

À votre succès !

Le Dropshipping Avec Shopify : Une Tendance?

Si le Dropshipping avec Shopify vous intéresse, voici un petit exercice :

Si vous alliez maintenant sur Google Trends et tapiez « Dropshipping Shopify ». Que remarqueriez-vous?

Que depuis mi 2016, la courbe est en ascension fulgurante. La légère croissance de l’intérêt pour le sujet est devenu une tendance.

Ça veut dire deux choses :

Premièrement : HIER est le meilleur moment pour se lancer dans le drop. Et AUJOURD’HUI est le deuxième meilleur moment pour prendre le train en marche

Mais dans un second temps, puisqu’on est sur un effet de mode, il est possible qu’à un moment où à un autre la tendance stagne, ou retombe.

Et quand la tendance retombera, ou que les outils évolueront, seuls deux types d’entrepreneurs survivront :

Les premiers, ce sera les leaders. Comme les grands de la Vente Par Correspondance il y a quelques années, les leaders meurent plus lentement… Mais ils peuvent mourir quand même si ils ne font pas parti des seconds :

Les seconds sont ceux qui sauront s’adapter. Ceux qui sauront garder leur audience et l’emmener sur la prochaine plateforme. Ceux qui sauront utiliser des concepts intemporels et les recopier sur les nouveau canaux de communication.

C’est d’ailleurs ce qu’il y a de plus simple à mettre en place.

Leur stratégie de dropshipping avec Shopify n’aura peut être duré que deux ou trois ans (ou cinq ou dix, je suis pas devin on verra bien), mais ils auront su créer une marque et fédérer une audience, une communauté.

Que retirer de ces faits, et des échecs passés des entrepreneurs dans d’autres domaines?

Deux choses :

– 1 : lancez-vous. Arrêtez de compiler des infos et de réfléchir pendant des mois, il est temps de passer à l’action. Demain, il sera trop tard

– 2 : ne le faites pas n’importe comment. Si vous comptez vendre de la contrefaçon ou faire une boutique dont personne ne se souviendra, peut être que vous arriverez à encaisser beaucoup d’argent dans les 24 prochains mois, mais ensuite il faudra tout recommencer

Et entre nous, tout recommencer, c’est fatiguant.

Prenez le train en marche, rejoignez Shopify QUICKSTART :

https://goo.gl/BEywAw

À votre succès !