Étiquette : Ecommerce

Les produits winners : la grosse arnaque

Ce qui rapporte l’argent dans le business, c’est le produit qu’on vend.

Du moins, c’est ce qu’on voit…

Donc c’est ce qu’on croit.

Et pourtant, on a beau connaître les soit-disant winners, quand on les reprend sur notre site, ça ne marche pas forcément super.

Où est l’arnaque ?

Ben tu vois, c’est comme les deux pédales d’un vélo.

Le produit, c’est la pédale gauche.

Elle est indispensable, et effectivement elle va faire une grosse partie du travail.

Mais t’auras beau avoir une pédale en titanium, si t’as pas la pédale droite, ben t’ira pas bien loin.

La pédale droite, c’est ton audience.

Et ton marketing, c’est le mécanisme et l’huile qui t’aider à faire tourner tout ça sans frottement.

Le voila le secret :

Ton winner, c’est pas un produit.

Ton winner, c’est un couple produit/audience.

Je te donne tout mon process pour bosser là dessus dans la vidéo de la semaine :

https://bit.ly/2Lakqnd

Cédric BEAU

P.S. : Je te donnerai aussi la pire erreur que les gens font après avoir défini leur audience, quand ils passent à la sélection des produits. Même moi j’ai du mal à ne pas la faire tellement je me fais avoir à chaque fois.

Mais c’est normal, c’est humain de tomber dans le piège (oui, même en sachant qu’il y a un piège !) :

https://bit.ly/2Lakqnd

Là, j’en ai marre : GROS coup de gueule !

Arf, là j’ai vraiment plus de mots…

Je vous explique :

Je scrollais bêtement mon mur Facebook pour mater les news (c’est inutile je sais, mais bon, on le fait tous à un moment de la journée, non ?!)

Je tombe sur un truc qui attire mon attention.

Une vidéo se déclenche (pas trop mal faite au passage).

Le machin en question, c’était un support pour laptop pour travailler dans toutes les positions : assis, couché, sur le ventre, en poirier, sur la tête…

Le genre d’accessoire que je pourrais éventuellement acheter sur un coup de tête (éventuellement).

En bon marketeur qui aime bien apprendre des autres, je clique sur le lien.

Et là, c’est le drame !

Pourtant la fiche produit démarrait bien : un coup d’oeil au prix et déjà une remise de 50%, cool !

Ensuite un coup d’oeil sur la description : CONS-TER-NA-TION !

Le couple magique, le binôme de rêve, la paire enchantée.

J’ai nommé le stock encore disponible et le chrono… Un [email protected]#$%* de chrono !!

Je sais pas qui est le génie qui s’est dit un jour : « Et si on mettait un chrono sur toutes les fiches produits de ma boutique ?! Comme ça on fera sûrement plus de ventes, gnark gnark gnark… »

NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!!!!!!!!

À ton avis gros malin, à quoi pense un client qui arrive sur une page produit et à qui on annonce qui lui reste moins de 45 minutes pour acheter ????

D’abord, t’as aucune raison valide pour limiter en temps ton offre. On met une deadline SEULEMENT quand c’est justifié (je sais pas moi : une offre de Noël, la naissance de votre petit, le lancement exceptionnel d’un nouveau produit, etc)

Et puis, quand le chrono arrive à zéro, il est censé se passer quoi au juste ? La page explose ??

Pourquoi s’acharner à garder un truc aussi agressif qu’un chrono ? Vous vous êtes pas dit à un moment donné qu’au lieu de forcer la vente comme ça, une meilleure idée serait, par exemple, de répondre aux objections courantes que le mec se pose quand il veut acheter ce type de produit ???!!!! 

Le guider au lieu de le braquer avec un flingue, ça vous dit quelque chose ??

Hello ????? Marketing pour les nuls ici…

Et les stocks disponibles…

Un coup d’oeil aux délais de livraison : 2-3 semaines.

Donc visiblement, tu l’as pas vraiment en stock le truc avec des délais aussi longs…

Alors POURQUOI me dire qu’il reste que 7 produits en stock quand visiblement tu n’as PAS de stock, et que visiblement tu te fournis ailleurs, et que j’ai VRAIMENT du mal à croire que ton ou tes fournisseur(s) n’ont vraiment plus QUE 7 pièces encore disponibles ???!!!! Vous prenez vraiment vos clients pour des imbéciles ou quoi ?

Marketing pour les super nuls…

Ça me rend juste dingue : pourquoi ne pas simplement se mettre dans la peau d’un visiteur qui arrive sur leur site, et se demander simplement quel genre d’information UTILE et PRATIQUE ce visiteur voudrait y trouver pour se décider…

Un peu vénère aujourd’hui… Mais quand je vois ces pratiques parfaitement inutiles, et même carrément repoussantes, j’ai juste du mal à comprendre…

Ok, je respire, et je me calme un peu.

Si vous voulez utiliser des méthodes simples, utiles et qui vendent vraiment, sans braquer vos visiteurs à la moindre occasion, on se retrouve ici :

http://bit.ly/2zWefgm

À votre succès !

Cédric BEAU

P.S. Pas une fois je n’ai utilisé de chrono sur mes boutiques ecommerce, ce qui m’empêche pas de faire des ventes, bien au contraire… J’te jure…

La jeunesse chinoise et les achats en ligne

Chine achats en ligneSi les achats en ligne sont de plus en plus fréquents en Chine, ils sont aussi de plus en plus le fait des jeunes générations. A telle point que faire ses emplettes sur la Toile peut devenir une véritable addiction pour certains. Selon un sondage paru dans le Quotidien du Peuple, 47% des jeunes sondés avouent leurs difficultés à lutter contre l’achat impulsif. Quelles en sont les raisons ?

La première, qui n’est pas spécifique aux Chinois, réside dans l’aspect virtuel de la transaction. En effet, on achète dans ce cas un objet que l’on ne recevra que 48h après, avec de l’argent qui n’est qu’une suite de chiffres sur un écran. Et quand on connait la proportion des chinois à utiliser l’argent liquide, on s’imagine aisément l’impact que cela peut avoir sur les mentalités.

73% des sondés déclarent aussi être attirés par Internet pour les prix bon marché que l’on y pratique. Le prix semblent plus importants que l’aspect pratique, qui n’est plébiscité que par 68% des sondés. Encore une fois, quelque soit le pays, ce qu’on regarde avant tout, c’est le porte-monnaie. Arrivent ensuite la variété et la diversité de l’offre (59%) et l’impact des publicités, qui incitent les gens à consommer toujours plus (29%).

Mais au-delà de ces aspects somme toute assez classiques, il se dégage des tendances typiques de la société chinois. Ainsi, l’achat sur Internet devient pour les cadres une manière d’évacuer la pression liée au travail. Pour d’autres, les achats en ligne sont même le seul loisir à leur portée. C’est ainsi que l’on se retrouve en Chine avec des personnes dépendantes aux achats en ligne comme on trouve en France des gens accros aux tickets à gratter.

Et le plus intéressant, c’est la plupart des sondés (même ceux victimes de cette addiction) reconnaissent avoir conscience de ces risques, et 77% d’entre eux considèrent cela comme une maladie. Bien entendu, le gouvernement chinois cherche à prévenir cela par de nombreux moyens, malgré tout encore assez sommaires, qui prennent surtout la forme de campagnes de prévention et de slogans.