Tag: Fournisseur

Oublie Aliexpress. La nouvelle façon de dénicher des fournisseurs fiables

Attention, inutile de lire ce message si AUCUNE des situations suivantes te correspond :

– Dropshipper (avec ou sans Aliexpress)
– Amazon FBA
– Grossiste
– Importateur
– Apporteur d’affaires

Si tu te retrouves dans au moins une de ces catégories, (ou si te souhaites te lancer dans l’un de ces différents modèles de business), alors lis ATTENTIVEMENT ce qui suit…

Je viens de coucher sur le papier un rapport complet sur les fournisseurs chinois.

Je préfère te prévenir : c’est pas le genre « trucs et astuces » pour trouver des fournisseurs cachés en Chine, ou une plateforme secrète et alternative à Aliexpress que « personne » n’utilise et qui te rendra riche en 3 semaines…

D’ailleurs, oublie une bonne fois pour toute cette logique.

Vendre de « l’unique » N’EST DÉFINITIVEMENT PAS la stratégie à suivre sur le long terme (d’autant plus QU’AUCUN produit ne peut rester unique, tu te feras TOUJOURS copier par quelqu’un d’autre à un moment ou un autre).

Les vrais enjeux sont complètement ailleurs, là où pas grand monde regarde (et c’est tant mieux pour nous, entrepreneurs malins).

Dans ce rapport (libre d’accès, pas d’email à donner, rien à payer), je montre le business du point de vue chinois (étonnant !)

D’ailleurs, l’un des conclusions est carrément choquante : la grande majorité jette par la fenêtre des sommes astronomiques en continuant à utiliser Aliexpress comme ils le font tous les jours.

Et toi alors, de ton côté ?

Tu peux vérifier tout de suite où tu en es dans ton propre business juste ici :

https://bit.ly/2S0N6F8

Le mystère du lit-cabane élucidé ?

Ce message n’était pas du tout prévu
Mais vous allez beaucoup apprendre de ce cas d’étude. C’est pourquoi je vous demande de bien suivre la logique de cette petite enquête parce que votre façon de voir le business risque de changer.

Le lit-cabane à 29.90€
Tout part d’un post sur le groupe Shopify Français. On y parle d’un site de drop avec des prix étrangement pas chers, et un produit en particulier : le lit-cabane. Pourquoi ce produit (que je ne connaissais pas au passage) ? Certains membres affirmaient que le prix était étonnant. Ils affirmaient aussi que même construit tout seul, le coût de revient est au moins équivalent au prix de vente affiché sur ce site… Vraiment étonnant donc !

Introuvable sur Aliexpress… 
Le réflexe de tout bon dropshipper est donc de se rendre sur LA plateforme de vente de référence, Aliexpress. Et là surprise : pas de lit-cabane ! À ce stade, les gens commencent vraiment à devenir nerveux. On leur avait pourtant dit que tout était trouvable sur Aliexpress. Mais dans ce cas, personne ne trouve la solution…

 

[La suite de cet article n’est disponible qu’aux abonnés de la Newsletter]

Pour vous inscrire à la newsletter et recevoir d’autres études de cas exclusives, c’est ici :

http://bit.ly/2zWefgm

À votre succès !

Cédric BEAU

Pas de problème !

Je reçois souvent des messages d’abonnés me parlant de leurs problèmes. Problèmes de douane, problèmes de la TVA, problème d’un fournisseur chinois qui a stoppé une production…

Pourtant je me rends compte que ces problèmes n’en sont jamais vraiment.

Il y a bien, par contre, un problème. Je pense que c’est un problème francophone (ou même plus spécifiquement français?) :

Dans ce genre de messages, la personne concernée voit généralement le problème comme une fin en soi.

Comme un obstacle insurmontable qui les empêcherait de se lancer dans le business.

Ou si ils sont déjà lancés, le problème serait leur raison d’abandonner.

C’est un problème :

Le problème étant que ces personnes oublient ce qu’est un problème.

Qu’est-ce que ça devrait être, un « problème » ?

« Un problème, c’est une situation dans laquelle un obstacle empêche de progresser, d’avancer ou de réaliser ce que l’on voulait faire. »

« Un problème naît lorsqu’il y a une différence entre l’état des choses et celui souhaité, ou lorsqu’il y a anormalité. »

Un obstacle, ça se surmonte.

Un état des choses, ça se change.

Tout problème attend… une solution.

Un problème, je vous le dit, n’est pas un état final !

En chinois, le mot « problème » n’existe même pas. On utilise à la place le mot « question ».

Une question attend simplement sa réponse. Tout comme un problème attend simplement que vous trouviez sa solution.

La solution, c’est souvent une connaissance que l’on peut acquérir dans un livre, dans une formation, auprès d’une ou plusieurs personnes qui ont suivi le chemin dans lequel on se lance.

Les problèmes dans le domaine du dropshipping, il n’y en a pas beaucoup. Il y a quelques petits obstacles, quelques petites choses à savoir, c’est certain.

D’ailleurs, heureusement qu’il y en a quand même ces quelques connaissances à acquérir. Elles servent temporairement d’obstacles pour décourager ceux qui ne sont pas assez motivés, ou ceux qui n’ont pas en eux la vraie envie d’entreprendre.

C’est une sorte de mini barrière à l’entrée, qui vous permettra de limiter la concurrence.

Ceux qui ne savent pas qu’il existe une solution seront toujours à la ramasse.

Ceux qui ne savent pas où chercher la solution seront toujours à la traîne.

Tant mieux pour vous.

Et tant mieux pour les membres de la formation QuickStart :

https://goo.gl/BEywAw

SHOPIFY – Clients livrés en 48h et aucune douane ??

Les deux trucs les PLUS EFFRAYANTS pour les entrepreneurs souhaitant monter un business de dropshipping avec Shopify :

– Les délais de livraison depuis la Chine…

– Les droits de douane / TVA et autres « surprises » pour leurs clients…

Et si je vous disais qu’on peut monter des business sans avoir à s’en soucier?

Et qu’au pire, si on le veut, on peut aussi grâce à AliExpress faire livrer GRATUITEMENT en 48H, EN FRANCE, et en étant sûr à 100% DE NE PAS AVOIR DE TAXES supplémentaires ?

J’ai filmé mon écran et je vous explique comment faire dans cette nouvelle vidéo Youtube :
>> http://bit.ly/2ogeUCZ

À votre succès !

Fournisseur chinois et contrefaçon

Où se situe la limite de la contrefaçon chez le fournisseur chinois ? Et si cette limite devait être chez l’acheteur?

Fournisseur chinois contrefaçon

On me pose souvent la question de savoir comment trouver des usines qui produisent des produits de marque. Comme par exemple des baskets Nike, des t-shirts Adidas, ou ce genre de choses et qui ne soient pas des contrefaçons, pour pouvoir les importer en Occident et les revendre ensuite sur les marchés ou sur Internet.

Alors le problème n’est pas vraiment que l’on peut effectivement trouver les vraies usines. Parce que oui, les usines Nike, les usines Adidas elles sont présentes en Chine, elles sont présentes à Taïwan, elles sont présentes au Bangladesh. Et on peut effectivement trouver, si on se débrouille bien, si on cherche bien, les vrais fournisseurs qui produisent les vrais produits.

Le problème, et ça d’ailleurs les fournisseurs chinois s’en inquiètent peu, c’est qu’on n’a pas le droit légalement d’acheter ces produits…

C’est-à-dire que si vous êtes dans un pays où la loi est peut-être plus souple pour ce genre de crime, on va dire, ça peut n’être pas trop gênant d’acheter des Nike à moitié prix, ou ce genre de choses.

Et encore, c’est de plus en plus difficile parce que les grandes marques font vraiment très attention à ce que leurs produits soient revendus seulement chez des revendeurs agréés.

Le truc c’est que les produits de marques sont soumis à des licences. C’est-à-dire que si vous voulez les acheter et les revendre sur le Net ou sur des marchés, etc., peut-être que vous pouvez trouver les vrais produits mais vous n’avez pas le droit de les revendre si vous n’avez pas la licence.

Et les licences, généralement, elles coûtent cher.

Et si jamais vous arrivez tout de même à trouver des produits, à les importer, à les revendre ensuite sur les marchés sans licence, eh bien, dans ce cas, vous êtes hors la loi. Et vous êtes sous le coup de la douane et des procès pour les problèmes de copyright et de brevet, et tout ça.

C’est-à-dire que vous risquez énormément, énormément, énormément, donc la prison et aussi de l’argent, en faisant ce genre de choses.

Alors si tout se passe plutôt bien, ce qui va se passer c’est que la marchandise va être saisie à la douane et elle va être détruite.

Si ça se passe moins bien, la marchandise va être saisie à la douane, vous allez avoir une amende et elle sera tout de même détruite.

Si ça se passe encore moins bien la marchandise sera saisie à la douane et on vous facturera 2 fois le prix réel de la marchandise. C’est-à-dire que si vous avez acheté pour 50€ de chaussures Puma, par exemple, et que vous en avez eu avec ces 50€ une petite dizaine de paires et bien vous allez devoir payer le prix fort de 10 paires Puma de marque.

Et si ça se passe encore moins bien, si vous récidivez et tout ça, là par contre ce sera tribunal, grosses amendes et éventuellement prison etc…

Donc c’est très, très, très risqué. Et le gain d’argent par rapport au risque que vous prenez, et vous prenez de plus en plus de risque, plus vous gagnez d’argent et plus vous vendez de produits, n’est pas du tout rentable !

Il vaut mieux aller rechercher des produits chinois sans marque et les revendre. Vous pouvez les revendre d’ailleurs plutôt cher les produits chinois sans marque, sur Internet ou sur les marchés ou bien alors dans vos boutiques, etc.

Autre chose à noter d’ailleurs, c’est que si vous achetez des produits sans marque en relativement grande quantité, c’est-à-dire pas vraiment des quantités énormes, par exemple 25 pièces, 50 pièces, par exemple une vingtaine de tablettes PC Android 7 pouces, et bien en fonction des quantités vous pouvez faire apposer un logo. Vous pouvez créer votre propre marque !

Alors il vaudra mieux travailler sur votre image de marque, de votre propre marque, et sur votre USP. Votre avantage concurrentiel, votre réponse aux besoins des clients sur votre site web, etc. Plutôt que de faire de la contrefaçon…

En faisant cela, en créant votre propre marque, eh bien, vous avez là-aussi une possibilité de vous différencier et de faire un peu plus d’argent.

Ça sera beaucoup, beaucoup plus rentable que de travailler avec des contrefaçons !

Donc pour moi contrefaçon ça comprend 2 choses: effectivement les faux produits, les imitations de produits. Mais la contrefaçon c’est aussi d’importer de vrais produits, des vraies Nike ou des vrais t-shirt Adidas de Chine, sans avoir les licences, et de les revendre.

Vous prenez beaucoup trop de risques et ce n’est pas une solution viable sur le long terme…

Voilà, donc je vous invite maintenant à passer à l’action en achetant des produits de marque chinoise.

Vous pouvez même commander des chaussures et des vêtements dans ces mêmes usines et avoir la même qualité que les produits Nike, Adidas, et tout ça, mais les faire faire sous votre propre design et sous votre propre marque. Vous avez beaucoup plus à gagner comme ça !

À vous de jouer !

Comment établir une relation de confiance avec un fournisseur chinois

Dans les lignes qui suivent, je vais vous montrer comment établir une relation solide, une relation de confiance avec un fournisseur chinois. Vous allez peut être trouver ça bizarre, et d’ailleurs très peu d’occidentaux utilisent cette méthode, mais pourtant chacun d’entre nous est capable de le faire.

Peut être que vous avez peur d’acheter en Chine simplement parce que vous avez peur de vous faire arnaquer. Et parce qu’en plus d’être à une dizaine de milliers de kilomètres, les chinois ou les asiatiques en général ont une culture totalement différente de la notre.

C’est d’autant plus stressant.

Peut-être que du coup vous reportez toujours votre projet à plus tard. Ou peut-être que vous avez même déjà essayé, et qu’au final vous avez abandonné en cours de route tellement la peur de l’inconnu est omniprésente. Ou peut être que vous vous êtes dit simplement « c’est bon, je me lance », sans être vraiment sûr de vous. Et que vous vous êtes effectivement déjà lancé.

Peu importe votre situation, cette idée de mal-être était toujours présente en arrière plan. Et c’est bien normal, elle est présente pour la majorité des entrepreneurs qui sortent un peu du cadre.

Mais on peut travailler là dessus. On peut même totalement supprimer cette peur.

Comment?

En transformant le fournisseur chinois en ami. En une solide relation.

Et ça, non seulement c’est un truc qui marche très bien, mais en plus c’est redoutablement efficace pour avoir des affaires qui prospèrent sur le long terme.

Mais comment faire ça en pratique?

Avant de vous expliquer le concept, laissez moi vous raconter une petite histoire.

L’été dernier j’ai été missioné par une petite société française (qui fait tout de même quelques millions de chiffre d’affaire annuel) et qui m’a demandé d’intervenir auprès de l’un de leur fournisseur qui avait stoppé la production de leur marchandise.

Entre incompréhension et quiproquos, le stress s’installait du côté français, et ils craignaient le pire : perte du deposit (les 30% payés au moment de la commande), non livraison de la marchandise, ou au moins du retard, qui dans tous les cas ne serait pas une bonne chose.

Ni une ni deux, je prends l’avion le lendemain pour me rendre à Shanghai et aller directement à l’usine.

Arrivé à l’usine, un employé me met à l’aise et m’installe dans le bureau du patron. Il me sert un café et commence à discuter avec moi. Nous parlons de la vie, du quotidien, et du chat sur le clavier de l’ordinateur de la secrétaire.

On discute, on rigole. Et l’employé me dit « toi, tu es vraiment chinois ».

L’employé en question était en fait le patron. Et il était probablement en train de regarder quel type de personne j’étais. Si j’étais comme les occidentaux, à parler contrat, délais et autres choses du business tel un snob pédant originaire d’un « pays supérieur », ou si j’étais avant tout… un gars bien.

Toujours en rigolant, nous poursuivons notre conversation une bonne demi-heure, à parler voyage et famille…

De fil en aiguille nous en arrivons enfin à parler de la marchandise et du soi-disant problème rencontré par la société française, qui s’avéra être un simple problème de communication au sujet du test à réaliser sur les produits avant de passer le contrôle qualité.

Le problème fut réglé en une quinzaine de minutes.

Le problème aurait été probablement bien plus grave -et bien plus long à résoudre!- si j’étais arrivé en gueulant et hurlant « vous avez pas respecté notre contrat, on va vous infliger des pénalités de retard! » comme le fond certains de mes confrères. Même en cas de problème inexistant, le fournisseur chinois en aurait surement créé d’autres. Parce que je n’aurais pas été « un gars bien ».

La morale de cette histoire, en d’autres termes :

Lorsque vous bossez avec une personne chinoise, prenez d’abord le temps d’installer une relation. Avant de parler du business, instaurez de la confiance.

N’oubliez jamais qu’en Asie un « contrat » ne vaut pas vraiment plus que le papier sur lequel il est écrit. La confiance et la relation, elles, valent énormément.

Après tout, faire du business avec un fournisseur chinois, ce n’est rien de plus qu’un humain (vous) qui crée un partenariat avec un autre humain (le fournisseur). On a trop tendance à oublier cela en France, trop habitués à nos lois qui nous mettent dans un cadre et nous permettent d’être un peu moins… humains.

Comme on a souvent tendance à oublier que les employés sont aussi … des êtres humains, et pas que des statistiques dans le logiciel de reporting. Mais ça, c’est une autre histoire.

Au moins avec les chinois, il faudra revenir aux sources. Une journée passée avec votre fournisseur chinois à discuter (sur Internet), ou à manger et aller au karaoké (si vous êtes sur place), c’est un investissement qui rapportera énormément par la suite.

Quand la confiance est établie, vos partenaires feront toujours tout ce qui est en leur pouvoir pour honorer leurs engagement, et ils iront même d’ailleurs bien souvent plus loin que les objectifs définis par le contrat, certainement bien plus loin que si vous travailliez avec un autre occidental.

Comment vérifier l’existence (et le propriétaire!) d’un brevet?

Suite à mon dernier article, on me pose la question suivante : « Mon fournisseur a un avantage concurrentiel, et ce que tu propose ici est faisable. En effet, il a son propre modèle de produit et a un brevet dessus. Cependant, la Chine est connue pour la copie et la contrefaçon. Comment savoir si l’usine est vraiment dépositaire du brevet et que le papier du fournisseur en question n’est pas un faux? »

A partir du certificat de votre fournisseur, deux choses seront à vérifier : l’existence du brevet, et le propriétaire.

Pour vérifier si un brevet existe, rien de plus simple. Rendez-vous sur Google Brevets (eh oui, ça existe!) : https://www.google.fr/?tbm=pts&gws_rd=ssl

GoogleBrevets

 

Tapez le numéro du brevet, et vous obtiendrez le résultat. Ce service était initialement réservé aux brevets américains, mais on y trouve désormais quasiment tous les brevets. Ce qui est intéressant aussi pour les brevets chinois, c’est d’avoir la traduction en anglais du brevet chinois

OK. Le brevet existe. Mais qu’est-ce qui me prouve que le propriétaire est bien celui indiqué sur le certificat : l’usine en question?

Rendez-vous sur le site national des dépôts de brevets du pays en question. Puisqu’on parle de Chine, ce sera http://www.sipo.gov.cn/ (version anglaise et lien direct pour interroger le SIPO)

A partir de l’outil de recherche, retrouver le dépôt de brevet et confirmer le dépositaire.

Vous allez me dire : on aurait pu directement rechercher sur Sipo, non?

Non, car d’une part l’étape de Google Patent était très rapide, d’autre part le problème des sites spécialisés est que si vous faites mal la recherche (une lettre en trop, un espace en trop, un petite faute de frappe, trompé de numéro -numéro de dépot au lieu de numéro de brevet…-), l’outil indiquera que le brevet n’existe pas.

Google Patent quand à lui retrouvera bien le brevet avec une recherche « large ». Par ailleurs, il ne faut que quelques dixièmes de seconde à Google pour retrouver un brevet, alors qu’il faut parfois 5 ou 6 essais pour faire correctement la recherche sur Sipo.

Faire la recherche sur Google Brevets dans un premier temps nous fait au final gagner du temps.

Brevet validé? Fournisseur sérieux?
Alors bon business!

Vous n’avez pas d’avantage concurrentiel? Utilisez celui de votre fournisseur!

L’USP, c’est la clé pour bien des choses. Pour séduire une charmante demoiselle, ou bien pour déclencher la vente auprès de vos clients dans l’import…

USP, c’est l’acronyme pour Unique Selling Proposition. Votre avantage concurrentiel, qu’est-ce que vous faites VOUS que votre concurrent de fait pas, pourquoi le client irait chez vous, et pas chez le voisin?

Non, ceci n'est pas un avantage concurrentiel !
Non, ceci n’est pas un avantage concurrentiel !

Si vous avez déjà un business qui tourne sans USP, alors vous perdez probablement 80% de vos revenus. Si vous avez déjà une USP (j’insiste beaucoup dessus dans mes formations), alors vous savez que ça fait la différence!

L’avantage concurrentiel, ce n’est pas d’avoir le meilleur prix. C’est de répondre au mieux à un ou plusieurs besoins de votre client (et malgré qu’il vous dise qu’il ne veut que du prix, ce n’est pas ce qu’il veut) : du service, du design, de l’innovation, de la couleur, de la réactivité, de l’ergonomie…

A vous de vous poser à une table et de bien y réfléchir… Ou de partir vers la solution de facilité, et de vous orienter vers quelqu’un qui a déjà fait ce travail : le fournisseur chinois.

Le fournisseur chinois rencontre le même problème que vous. Et la plupart travaillent très bien leurs points forts. Pourquoi ne pas utiliser les arguments de vente de vos fournisseurs et simplement les répéter au client? Pourquoi même ne pas utiliser ce fameux brevet déposé par le fournisseur X et devenir son distributeur exclusif sur la France (ou autre 😉 ) ??

En voila une idée qu’elle est bonne…

Les plus grands showroom de Chine : le paradis du sourcing

Vous pensiez que la « Foire de Canton » était le paradis pour trouver des fournisseurs? Vous n’avez rien vu!

Saviez vous qu’il existe en Chine des villes entières transformées en Showroom et autres magasins d’usine? Des quartiers entiers consacrés à un seul produit?

Avez-vous déjà entendu parlé de villes telles que Foshan (dont le quartier « Lecong » fait la taille d’une ville) ou autres Yiwu?

Je suis aujourd’hui à Lecong (quartier au sud de Foshan, juste à l’ouest de Canton) :

Ce que vous pouvez y trouver :
– meubles, chaises, tabourets…
– gros électronique : tapis de course, sièges de massage…
– luminaires : lustres, lampes intérieur et extérieur…
– tissus : rideaux, tapis, linge de lit…
– grosse décoration : parquets, carrelages…
– etc, etc…

Vous êtes à la recherche de fournisseurs, d’un guide pour vous rendre à Lecong ou Yiwu? Contactez moi 😉

Une astuce de MANIPULATEUR pour votre réseau de relations…

Voici une atuce toute bête mais qui a changé un bon nombre de vies (et parfois sans même que les intéressés ne le sâchent) :

Relation, lien entre les gens

Les rencontres que l’on fait au fil du temps permettent de se forger un réseau de relations, et pourtant, certains n’arrivent pas )à en construire ou PIRE, en construisent un qui ne leur sera jamais profitable.

La réflexion est simple : en fonction des relations que vous souhaitez vous faire, posez vous la question de ce que la personne cible ferrait. Et faites-le aussi.

En effet, comment gagner au loto sans y jouer jamais ? Comment rencontrer une star lorsque l’on vit à la campagne ? Comme rencontrer une personne ayant vécu une vie extraordinaire au club de tricot de belle maman ?

C’est du bon sens, mais souvent oublié (on y pense même pas, faudrait-il plutôt dire)…

Si vous voulez rencontrer des personnes extraordinaires, jouez au golf ou aux échecs (ou au tennis, quid de l’équitation…). Si vous voulez rencontrer des stars, rendez-vous à Hollywood, ou pourquoi pas à Paris…

Où sont vos clients ? Où sont vos fournisseurs ? Que font-ils cette après-midi ?…
Et vous, où êtes-vous, qu’êtes vous en train de faire ?

Font-ils partie d’une association? Se rendent-ils à des salons ? Jouent-ils à un sport spécifique?

Et si ce nouveau lieu, cette nouvelle activité, ce nouveau sport vous plait, alors… : Bienvenue au club ! Vous voilà désormais entouré de personnes qui peuvent vous aider dans votre business, dans votre vie, dans vos projets…

Calculé ? Manipulateur ?

Oui.

La vie est injuste, et la réussite n’est pas donnée à tout le monde.